Espagne : nouveau rebondissement dans l’affaire Ghali

19 janvier 2022 - 17h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le juge en charge de l’affaire Ghali poursuit son enquête sur l’entrée du chef du Polisario en Espagne sous une fausse identité. Il vient de citer à comparaître le numéro deux de la police pour savoir avec précision à quel moment l’Intérieur a eu connaissance de l’arrivée de Brahim Ghali.

Rafael Lasala a convoqué le commissaire José Ángel González, le directeur adjoint des opérations (DAO) de la police, pour savoir à quel moment précis le ministère de l’Intérieur a été informé de l’arrivée en Espagne du leader du Front Polisario, Brahim Ghali. À cette audience qui aura lieu le 7 février, le juge a aussi convoqué comme témoin le numéro deux du commissariat général à l’information pour connaître la raison pour laquelle une enquête n’a pas été ouverte après avoir constaté que Ghali a été admis à l’hôpital de Logroño sous une fausse identité (Mohamed Benbatouche).

À lire : Espagne : l’affaire Brahim Ghali classée « secret défense » ?

Le juge entend aussi demander au témoin pourquoi aucune action n’a été engagée sur la base de ces informations, alors que Ghali est resté en convalescence dans cet hôpital jusqu’au 1ᵉʳ juin, date à laquelle il a comparu par vidéoconférence devant le juge Pedraz, avant de retourner en Algérie quelques heures plus tard depuis l’aéroport de Pampelune. Ce témoignage est important pour déterminer « le degré de connaissance antérieure ou ultérieure que les autorités impliquées dans l’arrivée et le séjour de Ghali en Espagne avaient sur les procédures judiciaires en cours contre ce dernier.

À lire : Brahim Ghali : des révélations sur son départ d’Espagne

Lasala déplore la « faible contribution probante » des autres témoins, à l’exception de Camilo Villarino, l’ancien chef de cabinet du ministre Arancha González Laya, qui soit par « ignorance » ou par « obligation de réserve », n’ont pas permis de faire avancer l’affaire. Le juge veut également faire la lumière sur les documents de voyage des accompagnants de Ghali en Espagne, à savoir son fils et un médecin algérien. Dans ce sens, il va demander un rapport à la brigade d’information de la police de Saragosse sur les accompagnants de Ghali dans l’ambulance qui les a transportés vers l’hôpital, afin de savoir si le médecin est aussi entré en Espagne sans subir les contrôles douaniers requis.

Sujets associés : Espagne - Droits et Justice - Brahim Ghali

Aller plus loin

Affaire Ghali : le parquet ne veut pas des rapports du service de renseignement espagnol

Le parquet de la Haute cour nationale ne souhaite pas que le Centre national de renseignement (CNI) transmette à la cour une copie des rapports confidentiels sur le Maroc et...

Espagne : l’affaire Brahim Ghali classée « secret défense » ?

Le gouvernement espagnol tente une nouvelle fois d’enterrer l’affaire de l’entrée illégale de Brahim Ghali en Espagne. Il a décidé d’opter pour la stratégie du « secret défense...

Espagne : Brahim Ghali a bien été admis à l’hôpital sous une fausse identité

La police espagnole, sur ordre du juge en charge de l’affaire Ghali, a interrogé l’employée qui a vérifié l’identité du leader du Front Polisario avant son admission à l’hôpital...

Sahara : l’Espagne « va payer cher », selon Brahim Ghali

Le chef du Front Polisario, Brahim Ghali, a déclaré que l’Espagne finira par payer cher son changement de position sur le Sahara, espérant que le chef du Parti populaire (PP),...

Ces articles devraient vous intéresser :

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Grosse amende pour Maroc Telecom

L’Agence nationale de règlementation des télécommunications (ANRT) a récemment notifié à Maroc Telecom une nouvelle sanction en lien avec l’affaire de dégroupage dans laquelle elle a été condamnée en 2020. Elle va devoir payer 2,45 milliards de...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Le kickboxeur marocain Mohammed Jaraya arrêté par la police

Le kickboxeur néerlandais d’origine marocaine, Mohammed Jaraya, risque gros. Il vient d’être arrêté par la police et les accusations à son encontre pourraient mettre définitivement fin à une carrière pourtant prometteuse.

Maroc : le parquet exige une tenue correcte dans les tribunaux

Les magistrats marocains doivent soigner leur apparence, en portant une tenue officielle correcte. Un rappel à l’ordre a été fait dans ce sens par le président du ministère public, El Hassan Daki.

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...