Vivement une meilleure alternative pour les « femmes-mulets » !

11 janvier 2021 - 16h40 - Espagne - Ecrit par : J.K

Entre lassitude et doutes, la souffrance des femmes-mulets est grande et sans espoir, relate Hanane, une femme-mulet de 35 ans, dans un documentaire réalisé par l’Association Assaida Al Horra et diffusé avant la présentation des conclusions de son rapport annuel régional sur les violences subies par les femmes et filles dans la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima. Un rapport très touchant et qui appelle vivement au dénouement de la situation de ces femmes.

Pauvreté, chômage des maris, exploitation des parents, perte du soutien familial …, telles sont les raisons qui poussent les quelque 3500 femmes ou plus à opter pour l’activité de porteuse de marchandises, indique le rapport de la Mission parlementaire de prospection sur la situation des enfants délaissés et des femmes-mulets dans la zone de Bab Sebta et publié en janvier 2020, relaie Al Bayane.

Ainsi, environ 67% d’entre elles utilisent leurs salaires pour subvenir aux besoins de leurs familles et pour payer les frais de scolarité de leurs enfants, 33%, pour la construction de la maison familiale. Entre ces femmes, 43% ne disposent pas de couverture sanitaire, 48% possèdent la carte Ramed, alors que 60% souffrent de violences physiques, économiques et psychologiques, contre seulement 7% qui bénéficient de la couverture sanitaire espagnole, a expliqué l’Association Assaida Al Horra.

Pour Mme Zemmouri, militante des droits de l’Homme et coordinatrice de l’instance provinciale de l’équité, de l’égalité des chances et de l’approche genre à la préfecture de M’diq-Fnideq, plusieurs femmes frôlent le danger chaque jour, pour trouver la pitance. Ces femmes transportaient plus de 80kg de marchandises contre 150 à 170 dirhams par jour, avant que le montant ne soit revu à 300 dirhams, après une protestation, a soutenu Hanane qui doit subvenir aux besoins de ses deux filles avec cette activité.

Après plusieurs sons de cloche d’associations et autres, suite à la fermeture de la zone frontalière, les travaux de construction de la zone d’activité économique de Fnideq ont été lancés récemment. Il s’agit, premièrement, des travaux sur une partie de 10 hectares qui devra s’étendre à 90 hectares par la suite. Une initiative appréciable, se réjouit Hanane qui rêve d’avoir un emploi décent et un revenu stable, puisque ce projet favorisera l’accès à l’emploi, la régression du chômage et mettra fin à la souffrance des femmes-mulets.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Tanger - Tétouan - Ceuta (Sebta) - Al Hoceima - Pauvreté - Fnideq - Esclavage moderne - Contrebande - Violences et agressions

Aller plus loin

Maroc : un rapport inquiétant sur la situation des "femmes-mulets"

Les "femmes-mulets" dont l’activité principale est de transporter des marchandises entre le Maroc et l’enclave espagnole de Ceuta, sont victimes de mauvais traitements, de vol...

Maroc : quel avenir pour les femmes–mulets ?

Les "femmes-mulets", désormais délestées de leurs fardeaux, se tournent les pouces, en attendant de trouver une autre alternative à leur situation sociale précaire, impactée par...

Les femmes-mulets vivent dans l’extrême pauvreté

Depuis octobre 2019 que le Maroc a mis fin à la contrebande à Ceuta, les femmes-mulets sont au chômage. Leur situation précaire est devenue plus critique avec la fermeture des...

La situation des femmes-mulets décortiquée

Dans un rapport publié lundi 8 mars, à l’occasion de la Journée internationale de la femme, l’Association andalouse des droits de l’homme (APDHA) demande que les droits des...

Ces articles devraient vous intéresser :

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Maroc : le mariage fastueux de la fille d’un haut dirigeant soulève des polémiques

Le mariage somptueux organisé par le président de la Chambre des conseillers, Naam Miyara, pour sa fille, soulève de vives polémiques. La quatrième personnalité politique du Maroc après le roi, le chef du gouvernement et le président de la Chambre des...

Maroc : l’informel met à genoux les magasins de sport

Dans le secteur du sport en plein essor au Maroc, l’informel gagne du terrain. Les professionnels, mécontents, tirent la sonnette d’alarme.

Ali B : un nouvel abum pour faire oublier ses ennuis judiciaires

Après avoir été éclaboussé par une affaire d’agressions sexuelles sur des candidates de l’émission The Voice of Holland, le rappeur néerlandais d’origine marocaine Ali B préparerait son retour sur la scène musicale. Il serait sur le point de sortir un...

Violences au L’Boulevard : voici les explications du comité d’organisation

Au lendemain des actes de violence et de vandalisme survenus lors du festival L’Boulevard, le comité d’organisation a réagi, expliquant les causes de ce débordement. De nouvelles mesures sécuritaires ont été dévoilées.

Maroc : il tue son père pour des cigarettes

Drame dans la commune d’Ait Amira. Un jeune homme a donné un coup de couteau mortel à son père après que ce dernier a refusé de lui donner de l’argent pour acheter un paquet de cigarettes.

Le Maroc va distribuer les aides directes aux plus pauvres cette année

Le gouvernement prévoit d’accorder une aide financière mensuelle directe à l’ensemble des familles démunies. Cette mesure phare du processus de généralisation de la protection sociale, enclenché par le pays, sera effective dès cette année, selon le...

Les contrebandiers profitent de l’opération Marhaba (MRE)

L’opération Marhaba dédiée aux Marocains résidant à l’étranger est une opportunité pour certains commerçants qui n’hésitent pas à passer en contrebande des marchandises à caractère commercial ou prohibé.

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Youssra Zouaghi, Maroco-néerlandaise, raconte l’inceste dans un livre

Victime d’abus sexuels et de négligence émotionnelle pendant son enfance, Youssra Zouaghi, 31 ans, raconte son histoire dans son ouvrage titré « Freed from Silence ». Une manière pour elle d’encourager d’autres victimes à briser le silence.