France : au tribunal, un Marocain crie : « Vive le Maroc, vive Mohammed VI »

18 septembre 2021 - 17h00 - France - Ecrit par : S.A

Le tribunal de Chartres a condamné un Marocain de 30 ans en situation irrégulière en France à un an de prison ferme pour violences sur sa compagne et sévices graves sur un animal.

Les faits s’étaient déroulés du 1ᵉʳ juin au 14 septembre. Des violences conjugales à répétition. Vers 4 heures du matin le 14 septembre, sa compagne, enceinte de cinq mois, s’est réfugiée chez l’une de ses amies, à Dreux, et appelle les secours, rapporte L’Écho républicain. « Il s’en est pris à mon lapin. Il l’a sorti de sa cage et l’a jeté au sol […] Il m’a tapée partout », raconte-t-elle.

Dans leur rapport, les policiers qui se sont rendus à leur appartement ont remarqué qu’il y avait des traces de sang dans le salon et la salle de bains. Les ecchymoses et les blessures en de nombreux endroits du corps sont les preuves irréfutables des violences subies. Le vétérinaire qui a euthanasié le lapin a diagnostiqué une rupture de la colonne vertébrale. « Des violences intenses, inimaginables, insoutenables », s’indigne la procureure de la République.

À lire : France : l’époux d’une Marocaine en prison pour violences conjugales

À la barre, le prévenu nie les faits. Il explique que c’est un voisin, « un grand noir qui vend de la drogue » qui est à l’origine des traces de coups sur le corps de sa compagne. « Elle était bourrée et je l’ai récupérée dans cet état-là sur le palier », raconte celui qui avait été déjà condamné à une peine de prison ferme pour des violences sur cette même conjointe, en novembre dernier. Des déclarations qui sont loin de convaincre la présidente d’audience. « Dans cette hypothèse, comment expliquez-vous les traces de sang à l’intérieur de l’appartement ? » « Je ne sais pas. Je lui ai juste serré les bras pour la calmer », répond le trentenaire.

Le verdict est tombé : l’homme écope d’un an de prison ferme, plus la révocation de deux mois de sursis, avec mandat de dépôt à l’audience. « Vive le Maroc, vive Mohammed VI », réagit-il.

Sujets associés : France - Droits et Justice - Prison - Violences conjugales

Aller plus loin

France : l’époux d’une Marocaine en prison pour viol et violences conjugales

La police a interpellé à Trappes un homme de 39 ans, époux d’une Marocaine âgée de 27 ans. Celle-ci avait déposé plainte contre lui pour viol et violences conjugales.

France : l’époux d’une Marocaine en prison pour violences conjugales

Le tribunal judiciaire Val de Briey (Meurthe-et-Moselle) a condamné un homme en fauteuil roulant à deux ans de prison, assorti d’un an de sursis probatoire, avec maintien en...

France : un MRE condamné pour violences sur sa femme et sa maîtresse

À Rouen, un Marocain a écopé de deux ans de prison pour violences sur sa femme et sa maîtresse.

France : prison ferme pour un Marocain jugé pour violences conjugales

Deux ans de prison ferme avec maintien en détention, c’est la peine infligée à un Marocain de 33 ans, par le tribunal de Dordogne. Le soir du réveillon et le matin de Noël, il...

Ces articles devraient vous intéresser :

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Maroc : le casier judiciaire électronique enfin lancé

Le ministère de la Justice a procédé mardi, au lancement de quatre nouveaux services numériques dont le casier judiciaire électronique.

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...