Le métier de guide touristique est à revoir au Maroc

27 janvier 2021 - 14h40 - Economie - Ecrit par : J.K

En raison de la crise sanitaire, les guides du Maroc vivent des moments de grande précarité. Depuis plus de dix mois, les efforts des associations qui représentent cette catégorie professionnelle du tourisme national, sont axés essentiellement sur la coordination avec les autorités, pour l’obtention de l’indemnité forfaitaire. Celle-ci btarde à venir.

Au nombre de 3500, ces guides appartiennent à deux catégories majeures que sont les guides des villes & circuits et les guides des espaces naturels, les classe La Vie éco, précisant que depuis la signature, courant janvier 2021, d’un avenant à la convention spécifique fixant les modalités de mise en œuvre et déblocage de l’indemnité entre l’État et la CGEM, la situation a été régularisée, couronnant le processus d’intégration de la profession des guides à la sécurité sociale, qui a commencé en 2017. Ceux n’ayant pas touché l’indemnité forfaitaire servie entre juillet et décembre 2020, en bénéficieront, à condition de terminer les formalités vis-à-vis du ministère de tourisme.

Devant cette situation, la solidarité reste le maître-mot. En témoigne, la création d’un fonds de solidarité grâce aux contributions des membres de l’Association des guides de la région de Marrakech-Safi, qui représente 1200 guides, pour la prise en charge de certains cas sociaux. Même si le fonds n’a pas dépassé 90 000 dirhams, « cela a été suffisant pour venir en aide à une centaine de guides durant la première étape de la crise, dont certains ne sont pas de la région », rapporte l’hebdomdaire économique, relayant les propos de M. Abdessadek Kademi, président de l’Association des guides de la région de Marrakech-Safi.

Au Maroc, les guides ne sont rémunérés que lorsqu’ils sont sollicités par les touristes. Durant les grands circuits, ils sont payés à la journée en plus de commissions qui dépendent de la bonne volonté des opérateurs touristiques avec qui ils traitent. En dehors, ils ne reçoivent aucun salaire, ce qui limite l’entrée d’argent aux périodes de haute saison. Durant la basse saison, ils se retrouvent en situation de chômage non rémunéré.

Sujets associés : Marrakech - Tourisme - Droits et Justice - Emploi - Pauvreté - Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM)

Aller plus loin

Maroc : le transport touristique en plein désarroi

La crise sanitaire liée à la pandémie du coronavirus a fortement impacté tous les maillons du secteur du tourisme au Maroc. Les sociétés de transport touristique font face à une...

Coronavirus au Maroc : une indemnité de 2000 dirhams pour perte d’emploi ?

Au siège du ministère de l’Économie et des finances, une réunion a eu lieu mercredi 18 mars à 14h, en présence du directeur du Trésor et des finances, Fouzi Lekjaa, du directeur...

Souss-Massa : les professionnels du tourisme tentent de sauver le secteur

L’impact de la crise sanitaire a mis le secteur touristique dans une situation très délicate. Les professionnels du tourisme de la région de Souss-Massa, principalement Agadir,...

L’ONMT en tournée dans toutes les régions pour relancer le tourisme

L’Office National Marocain du Tourisme (ONMT) va sillonner à compter de ce jeudi, les 12 régions du Maroc afin de rencontrer les responsables des Conseils Régionaux du Tourisme...

Ces articles devraient vous intéresser :

Royal Air Maroc recrute

Royal Air Maroc (RAM) a lancé via sa filiale Atlas multi services (AMS), une opération de recrutement de personnel navigant commercial au Maroc. Le dernier délai de l’appel à candidatures est fixé au 1ᵉʳ décembre prochain.

Maroc : les recettes touristiques se consolident au troisième trimestre de l’année

Les recettes touristiques se sont élevées à 52,2 milliards de dirhams à fin août dernier, selon la Direction des études et des prévisions financières (DEPF), en forte augmentation de 155,9 % par rapport aux chiffres de l’année dernière.

Maroc : voici les plages qu’il faut éviter cette année

Alors que les 24 plages propres (Pavillon bleu) au Maroc ont été révélées cette semaine, le ministère de la Transition énergétique et du Développement durable vient de publier la liste des plages où il n’est pas recommandé de se baigner cette année.

Ambitieux, le Maroc vise 26 millions de touristes en 2030

La ministre du Tourisme Fatim-Zahra Ammor a procédé au lancement des travaux de la nouvelle feuille de route du secteur avec la Confédération Nationale du Tourisme et ses principales associations et fédérations membres.

La police marocaine recrute

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a annoncé un grand concours de recrutement de plusieurs grades au sein du corps de la police. Le concours aura lieu le 16 juillet à Rabat et dans d’autres villes si nécessaire. Au total, 6 607...

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Au Maroc, le marché opaque des locations saisonnières

Dans le secteur de la location saisonnière, les agences de voyages opérant au Maroc font face à une « concurrence illégale » des courtiers qui tirent grand profit de l’activité à leur détriment. Des voix s’élèvent pour appeler à l’assainissement du...

Tourisme : le Maroc voit grand pour le second semestre

L’Office national marocain du tourisme (ONMT) a réuni mercredi à Casablanca ses délégués à l’étranger pour faire le point des activités menées dans le cadre de la relance des marchés touristiques et mutualiser les efforts pour le second semestre 2022.

Plus de 3 millions de touristes au Maroc à fin juin

Entre janvier et juin derniers, ils étaient 3,4 millions de touristes à avoir visité le Maroc, ce qui équivaut à 63 % des arrivées sur la même période avant la crise sanitaire, selon le ministère du tourisme.