Lutte contre l’immigration irrégulière : le Maroc appelé au renforcement de ces lois

14 juillet 2022 - 09h00 - Maroc - Ecrit par : G.A

Deux experts marocains des questions migratoires appellent le Maroc à rendre ses textes de lois sur la lutte contre l’immigration irrégulière, conformes à ses engagements internationaux.

Le Maroc reste à la fois un pays de transit, d’accueil, et de chef de file sur le continent africain en matière d’immigration clandestine. Une position qui le soumet à de nombreuses difficultés comme celles enregistrées il y a quelques jours où des milliers de migrants subsahariens ont forcé le passage au niveau de Nador, rapporte Medias24.

À lire :De l’Algérie au Maroc, la nouvelle route migratoire des Subsahariens

Pour Mehdi Alioua, président du groupe antiraciste de défense et d’accompagnement des étrangers et migrants (GADEM) et Nadia Khrouz, professeure universitaire et experte en questions migratoires, le renforcement de l’arsenal juridique du Maroc pourrait l’aider à faire preuve d’efficacité dans la lutte contre les flux incessants de migrants clandestins, pour qui, le Maroc est un point de passage vers l’Europe.

À lire :Amnesty international qualifie de « cruelle et illégale » la répression du Maroc contre les migrants

Pour les deux experts, il est important de chercher à distinguer parmi les migrants, ceux qui veulent coûte que coûte se rendre en Europe et ceux qui envisagent de régulariser leur situation afin de s’installer au Maroc. Ils ont relevé que le fait que le roi Mohammed VI ait lancé en 2014, des régularisations massives ont permis de « limiter les tentatives de passage », selon Mehdi Alioua. Pour lui, il faut obligatoirement l’adoption de la loi sur l’asile pour rendre la tâche facile aux demandeurs d’asile, et ainsi contribuer à diminuer le nombre de migrants qui tentent de forcer le passage au niveau des frontières marocaines dans le but de se retrouver en Europe.

À lire :Les migrants au Maroc doivent apprendre l’arabe pour s’intégrer (vidéo)

De son côté, Nadia Khrouz, professeure en sciences politiques à l’université Mohammed V à Rabat et experte en questions migratoires, souligne qu’en « matière de droit d’asile, il existe un décret datant de 1957, mais qui demeure insuffisant. Il existe également un projet de loi en attente depuis le lancement de la nouvelle politique d’immigration et d’asile ».

À lire :Deux policiers marocains morts à la frontière avec Melilla

Il faut dire que le Maroc a également ratifié en 1993 la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille, même s’ils sont en situation irrégulière. Pour l’universitaire, cette convention est « précieuse » dans le sens où « elle reprend l’ensemble des droits fondamentaux des travailleurs migrants, quelle que soit leur situation administrative, et intègre une partie de ceux en situation régulière ». Il appartient désormais au Maroc de conformer son cadre légal aux conventions internationales auxquelles il s’est engagé.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immigration clandestine - Droits et Justice - Lois

Aller plus loin

Les migrants au Maroc doivent apprendre l’arabe pour s’intégrer (vidéo)

Vu l’importance de l’apprentissage de la langue arabe pour une meilleure intégration des migrants au Maroc, il sera lancé à l’occasion de la journée Internationale du Migrant,...

Maroc : des visas pour la France vendus à 10 000 euros

Après plus de deux ans d’enquête, les policiers ont réussi à démanteler un vaste réseau migratoire en provenance du Maroc. Le cerveau du réseau et l’un de ses complices, une...

De l’Algérie au Maroc, la nouvelle route migratoire des Subsahariens

Les migrants subsahariens, d’origine soudanaise pour la plupart, qui ont tenté de sauter la clôture de Melilla le 24 juin dernier, ont confié aux responsables de l’immigration...

Drame de Nador : les recommandations de l’ONU au Maroc et à l’Espagne

L’Organisation des nations unies tient également à ce que le drame de Nador ne se répète plus jamais. C’est dans ce cadre que le Mécanisme international indépendant pour la...

Ces articles devraient vous intéresser :

En réponse au Qatargate, le Maroc ne respecte plus les accords de renvoi des déboutés d’asile

Depuis l’éclatement du scandale de corruption connu sous le nom de « Qatargate », les difficultés pour renvoyer les Marocains déboutés de leur demande d’asile vers leur pays d’origine se sont accrues.

Poupette Kenza : compte Instagram désactivé après des propos « antisémites »

L’influenceuse aux plus d’un million d’abonnés sur Instagram, Poupette Kenza, se retrouve au cœur d’une vive controverse après avoir tenu des propos jugés antisémites. Dans une story publiée le 15 mai 2024, elle affirmait sans équivoque son soutien à...

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...