La justice marocaine se penche sur une affaire de spoliation immobilière

12 janvier 2021 - 19h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le tribunal de première instance de Témara examine l’affaire du projet immobilier "Les jardins de Cabo Negro". Une escroquerie de grande ampleur qui a fait de nombreuses victimes.

Les propriétaires de ce projet immobilier sont poursuivis en état de liberté. Ils sont accusés d’avoir escroqué une soixantaine de personnes. "La promotion et la commercialisation de ce projet ont été réalisées par le bureau de l’amicale (Wydadia) depuis 2015 sur la base d’un plan d’ensemble du projet et de plans des appartements en plus de photos et du site Web de l’amicale", ont confié à Alyaoum24 les victimes.

D’après leur déclaration, le terrain sur lequel le projet devait prendre corps n’appartenait pas à l’amicale. Il avait fait cette découverte après avoir payé une avance d’environ 150 000 dirhams pour l’acquisition des appartements. Des appartements dont ils prendraient normalement possession dans un délai d’un an.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Témara - Spoliation immobilière au Maroc - Escroquerie

Aller plus loin

Des MRE spoliés en appellent au roi Mohammed VI

Se trouvant dans une situation d’« extrême vulnérabilité », un collectif de victimes de spoliations immobilières et de détournement d’héritages appelle le roi Mohammed VI au...

Maroc : une nouvelle affaire de spoliation foncière mise à nu

La police judiciaire de Marrakech a procédé à l’arrestation de trois individus soupçonnés de spoliation immobilière à Imintanout, dans la région de Marrakech. Le ministère...

Spoliation foncière : quand les bourreaux grugeaient impunément les victimes

La spoliation foncière a occasionné beaucoup de victimes dans le rang des citoyens marocains et des étrangers. Ces victimes se faisaient discrètes par crainte de représailles...

De très lourdes sanctions pour décourager la spoliation foncière au Maroc

La commission de lutte contre la spoliation s’est réunie le mardi 25 février autour du ministre de la Justice, Mohamed Benabdelkader. Il était question, au cours de cette séance...

Ces articles devraient vous intéresser :

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Un agriculteur espagnol attaque la famille royale marocaine

Le Tribunal de l’Union européenne a entendu mardi les arguments de l’entreprise Eurosemillas, spécialisée dans la production de semences sélectionnées, qui demande l’annulation de la protection communautaire des obtentions végétales pour la variété...

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.