Maroc : le chantage sexuel numérique, nouvelle arme en cas de divorce

9 juillet 2024 - 08h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Les ex-conjoints utilisent souvent du contenu à caractère sexuel, notamment des images et des vidéos, pour obtenir des règlements financiers ou des droits de garde auprès des femmes au Maroc. C’est ce que révèle une étude menée par une ONG néerlandaise.

Selon un récent rapport de l’ONG néerlandaise Rutgers International, les violences contre les femmes s’exercent de plus en plus en ligne. Axée sur sept pays, l’étude réalisée par l’ONG examine les effets de l’influence omniprésente du patriarcat et des rôles de genre profondément ancrés dans l’univers numérique. La violence basée sur le genre, qui englobe le harcèlement en ligne, le partage non consensuel d’images intimes et le cyberharcèlement, est de plus en plus utilisée comme arme contre les femmes au Maroc, souligne le rapport, ajoutant que l’intelligence artificielle complique davantage les choses en facilitant la création de deepfakes et en perpétuant des stéréotypes nuisibles par le biais de biais algorithmiques.

À lire :Maroc : un directeur de banque s’envole avec l’argent de ses clients

82 % des personnes interrogées dans le cadre de l’étude identifient les normes patriarcales et les attentes sociétales en matière de genre comme des facteurs essentiels amplifiant ces formes de violence. L’étude révèle que la société marocaine, comme beaucoup d’autres, présente des modèles d’exclusion où les femmes sont découragées ou activement empêchées de participer aux espaces en ligne, à l’engagement politique ou au discours public. Rutgers International note que l’anonymat et la rapidité des plateformes numériques offrent aux auteurs de tels actes des moyens sans précédent pour diffuser des contenus préjudiciables et intimider leurs victimes, souvent en toute impunité.

À lire :Harcèlement sexuel sur les réseaux sociaux : Le calvaire des femmes marocaines

Au Maroc, comme dans d’autres pays étudiés, il subsiste un fossé critique dans la compréhension et le traitement des violences faites aux femmes et aux filles, surtout la violence de genre facilitée par la technologie, fait remarquer l’ONG. Ainsi, de nombreuses victimes hésitent à signaler les incidents, à porter plainte en raison de la stigmatisation sociale, des protections juridiques limitées et d’une méfiance généralisée quant à la capacité des forces de l’ordre à intervenir efficacement. Même lorsqu’elles le font, elles se heurtent souvent à des réponses inadéquates de la part d’autorités mal équipées pour gérer les nuances de la violence numérique. Or, ces violences affectent durablement les victimes, leur santé mentale et leur bien-être général.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Violences et agressions - Femme marocaine - Etude - Pays-Bas

Aller plus loin

Harcèlement sexuel sur les réseaux sociaux : Le calvaire des femmes marocaines

Au Maroc, une femme sur trois est victime de harcèlement sexuel sur les réseaux sociaux, contre 4,3 % pour les hommes, révèle une récente étude sur l’utilisation des réseaux...

La femme marocaine s’impose de plus en plus

Plus de la moitié des Marocains (65 %) considèrent que la femme peut occuper des postes à responsabilité. C’est ce qui ressort d’une enquête réalisée par le Baromètre arabe.

Des femmes marocaines abandonnées par l’Etat espagnol

Les travailleurs frontaliers marocains, principalement des femmes de ménage, qui se rendaient chaque jour de Nador à Melilla avant la fermeture des frontières, sont toujours au...

Quatre Marocaines parmi les plus puissantes femmes du monde arabe

Le magazine Forbes Moyen-Orient a publié son classement annuel des 100 femmes d’affaires les plus puissantes de la région. Cette année, 4 Marocaines figurent dans ce palmarès,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Ramadan et menstrues : le tabou du jeûne brisé

Chaque Ramadan, la question du jeûne pendant les menstrues revient hanter les femmes musulmanes. La réponse n’est jamais claire, noyée dans un tabou tenace.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

« Épouse-moi sans dot » : un hashtag qui fait polémique au Maroc

Le hashtag « Épouse-moi sans dot » qui s’est rapidement répandu sur les réseaux sociaux ces derniers jours, a suscité une avalanche de réactions au Maroc. Alors que certains internautes adhèrent à l’idée, d’autres la réprouvent fortement.

Maroc : il tue son père pour des cigarettes

Drame dans la commune d’Ait Amira. Un jeune homme a donné un coup de couteau mortel à son père après que ce dernier a refusé de lui donner de l’argent pour acheter un paquet de cigarettes.

L’humoriste Taliss s’excuse après avoir insulté la femme marocaine

L’humoriste Taliss de son vrai nom Abdelali Lamhar s’est excusé pour la blague misogyne qu’il a faite lors d’une cérémonie organisée en hommage aux Lions de l’Atlas qui ont atteint le dernier carré de la coupe du monde Qatar 2022. Il assure n’avoir pas...

Maroc : les femmes divorcées réclament des droits

Au Maroc, les appels à la réforme du Code de la famille (Moudawana) continuent. Une association milite pour que la tutelle légale des enfants, qui actuellement revient de droit au père, soit également accordée aux femmes en cas de divorce.

Maroc : Une vague de racisme contre les mariages mixtes ?

Des activistes marocains se sont insurgés ces derniers jours sur les réseaux sociaux contre le fait que de plus en plus de femmes marocaines se marient avec des personnes originaires des pays d’Afrique subsaharienne. Les défenseurs des droits humains...

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.

Catalogne : un Algérien suspecté d’agression violente d’un Marocain arrêté

L’homme d’origine algérienne qui a violemment agressé un ressortissant marocain cette semaine dans le nord de l’Espagne a finalement été arrêté par la police. Un avis de recherche avait été émis le qualifiant d’individu « très dangereux ».