Au Maroc, l’huile d’olive se fait rare et chère

6 novembre 2023 - 08h00 - Economie - Ecrit par : S.A

Au Maroc, la sécheresse et les vagues de grande chaleur continuent de toucher la production de l’huile d’olive qui connait une baisse considérable cette année. En conséquence, le prix de ce fruit indispensable aux saveurs des mets des Marocains s’envole.

La production de l’huile d’olive reste tributaire de l’eau. « Vous voyez les effets de la sécheresse ? La majorité des agriculteurs ici n’irriguent pas et dépendent de la générosité du ciel », déclare à Maroc Hebdo Lahoussine Mechache, président du Groupement d’intérêt économique Zoyout Ait Attab. La rareté de l’eau impacte négativement la production. « C’est une catastrophe. La récolte va baisser encore une fois et les choses vont empirer », se lamente-t-il près d’une plantation d’olivier nichée dans les contreforts du Haut-Atlas central, à une cinquantaine de kilomètres au sud-est de la ville de Béni Mellal. Selon cet agriculteur, le problème a débuté fin 2021 et s’est accentué surtout en 2022 et 2023. « Même pour l’irrigation c’est devenu difficile. À Tadla ou Béni Mellal, il faut creuser jusqu’à 300 mètres au moins pour espérer trouver de l’eau… C’est un peu moins compliqué à Azilal, mais le problème est toujours là », déplore-t-il.

À lire :Maroc : l’huile d’olive devient un luxe

Lors d’une conférence de presse organisée le 20 octobre 2023 dans la province de Settat, le ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts annonçait que la récolte tournera autour de « 1,07 million de tonnes, soit le même niveau que lors de la précédente campagne », soit une chute considérable de 44 % par rapport à la production record d’un peu plus de 1,9 million de tonnes enregistrée à l’automne 2021, et même par rapport à la moyenne de 1,7 million de tonnes sur la période 2018 – 2021 et la moyenne annuelle de 1,4 million de tonnes sur 2016-2019. 27 % de l’huile d’olive vont être récoltés dans la région de Fès-Meknès, 19 % pour l’Oriental et Tanger-Tétouan-Al Hoceima pour 17 %. Les oliviers sont cultivés sur une superficie totale de 1,2 million d’hectares dont avec 750 000 hectares, contre 450 000 hectares en irrigué pour le bour (zone de culture), soit 65 % de l’arboriculture dans le royaume.

À lire :Crise de l’huile d’olive au Maroc : comment faire baisser les prix ?

Cette baisse considérable de la production entraine par conséquent la flambée des prix de l’huile d’olive. Le litre du produit fini peut augmenter jusqu’à 100 dirhams/litre selon les régions de provenance et la qualité des olives et des méthodes utilisées dans la fabrication de l’huile, précisent des professionnels. Il devrait revenir à environ 90 dirhams/litre au consommateur, soit une hausse de 15 % en moyenne par rapport à la campagne précédente, « qui elle-même avait été marquée par une flambée comparativement aux années d’avant. » L’huile issue des variétés d’olives locales dont la productivité varie entre 16 et 18 % est concernée par cette flambée. Quant aux variétés espagnoles dont le rendement supérieur devrait atteindre 24 %, les prix seraient moins élevés.

À lire :Olive : le Maroc serre la vis sur l’export

Afin de contenir cette inflation et de satisfaire la forte demande locale, le ministère du Commerce et de l’Industrie a pris des mesures préventives pour limiter l’exportation de l’huile d’olive jusqu’au 31 décembre 2024.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Prix - Alimentation - Huile d’olive

Aller plus loin

Maroc : vers une baisse de la production d’olive

Selon les prévisions de la Fédération Interprofessionnelle Marocaine de l’Olive, la production d’olives au titre de la prochaine campagne, devrait être en baisse, en raison des...

Maroc : Flambée des prix de l’huile d’olive

De 50 dirhams en 2021 et 2022, le prix du litre d’huile d’olive a atteint 90 dirhams dans la région de Marrakech Safi, soit une hausse de près de 40 %. La mesure de restriction...

Maroc : l’huile d’olive dépasse les 100 DH le litre

L’huile d’olive n’est pas épargnée par l’inflation galopante au Maroc. Le prix de ce produit très prisé ne cesse de grimper et les spéculations vont bon train, malgré les textes...

Maroc : Le prix élevé de l’huile d’olive engendre un trafic massif

Les éléments de la gendarmerie royale relevant de la province de Fkih Ben Saleh ont procédé, encore une fois, à la saisie de plusieurs tonnes d’huile d’olive frelatée dans...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.

Le Maroc, gardien de la sécurité alimentaire mondiale

Le Maroc possède 70 % des réserves mondiales de phosphate, un minerai utilisé pour produire les engrais alimentaires. De quoi faire du royaume un garant de la sécurité alimentaire mondiale.

La sécheresse pousse le Maroc à multiplier ses achats de blé sur le marché mondial

Le Maroc maintient son système de restitution à l’importation du blé tendre au profit des opérateurs. Une importante quantité de cette céréale sera bientôt commandée.

Maroc : pas de substances toxiques dans la viande rouge

Les informations faisant état de la présence de substances toxiques dans les viandes rouges proposées sur les marchés dans plusieurs villes marocaines sont fausses.

Pénurie de lait : les éleveurs marocains lancent un cri de détresse

Touchés de plein fouet par la sécheresse->95421 et surtout l’augmentation du coût de l’élevage, les éleveurs réclament une aide urgente à l’État, en vue de faire face à la pénurie de lait que connait le royaume.

Maroc : explosion des exportations de produits alimentaires et maritimes

Les exportations des produits alimentaires agricoles et maritimes ont connu un boom en 2022 pour dépasser les 80 milliards de dirhams (MMDH). Un record.

Maroc : des marchés de gros pour combattre la spéculation

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a annoncé la création de douze nouveaux marchés régionaux de gros, équipés d’installations modernes pour combattre la spéculation alimentaire exacerbant l’inflation. Cette démarche, a-t-il dit, s’inscrit...

Le Maroc contraint d’importer du blé

Le Maroc se tourne une fois de plus vers le marché international pour augmenter ses importations de blé afin de compenser la baisse considérable de sa production durement touchée par la sécheresse cette année.

Interdiction d’abattage des vaches laitières : le gouvernement s’explique

Face à une polémique qui enfle, le gouvernement a apporté des clarifications concernant la décision d’interdiction d’abattre les vaches laitières.

Ramadan 2023 : les filles du Prince Moulay Ismaïl préparent chebbakia (photos)

À l’instar de nombreuses familles marocaines, celle du Prince Moulay Ismaïl, cousin du roi Mohammed VI, s’est préparée pour le mois du ramadan qui a débuté au Maroc et dans de nombreux pays arabes, jeudi 23 mars.