Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

9 mai 2023 - 12h50 - Maroc - Ecrit par : A.P

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Dans un communiqué diffusé dimanche, l’association marocaine a indiqué qu’elle « suit de près » cette affaire « ignoble » qui a éclaté en plein mois de ramadan. L’ancien diplomate, octogénaire, a porté plainte contre une présumée prostituée, qui se trouve être une mineure, pour le vol de son téléphone personnel. Accusé de « traite des êtres humains » et « viol sur mineurs », il a été placé en détention à la prison locale El Arjat 2, avant d’être entendu par le juge d’instruction près la cour d’appel de Rabat qui a décidé de le poursuivre en état de liberté.

À lire : Maroc : un fqih arrêté pour le viol de plusieurs mineures

« Les faits incriminés sont en parfaite contradiction avec les responsabilités diplomatiques, qui nécessitent une déontologie, vis-à-vis du pays représenté, à savoir le Maroc », critique l’ONG présidée par Najat Anwar qui « exhorte les services sécuritaires à approfondir davantage leurs investigations pour identifier d’éventuels complices ». Elle souhaite également « l’application des peines maximales, envers toute personne ayant exploité sexuellement un enfant mineur » afin de « dissuader tout pédophile qui oserait abuser de nos enfants ».

À lire : Imouzzer Kandar : un élu local arrêté pour harcèlement sexuel sur mineures

La mineure accusée du vol du téléphone de l’ancien diplomate a été localisée et arrêtée par les enquêteurs. Elle est passée aux aveux, soulignant que son intention était de « se protéger et protéger ses amies » mineures du prévenu qui les aurait filmées avec son téléphone « dans des positions sexuelles ». Selon ses dires, l’ambassadeur les soumettait à une exploitation sexuelle dans sa résidence située dans le quartier Souissi à Rabat, en échange de sommes d’argent. La femme de l’ex-diplomate, également entendue par la police, a avoué être au courant des « pratiques perverses de son mari ».

Sujets associés : Droits et Justice - Diplomatie - Prostitution Maroc - Enfant

Aller plus loin

Rabat : condamnés pour avoir exploité une mineure dans une salle de massage

La gérante d’un centre de massage et son associé ont écopé d’une peine de cinq ans de prison chacun pour avoir exploité une mineure dans une salle de massage. Celle-ci affirme...

Maroc : démantèlement d’un vaste réseau de prostitution géré par des MRE

Les autorités ont démantelé à Imzouren, dans la province d’Al Hoceima, un vaste réseau de prostitution et de migration clandestine dirigés par des Marocains résidant en Europe....

Une célèbre proxénète de luxe de Rabat condamnée

La célèbre proxénète de Rabat et ses assistants poursuivis en état d’arrestation pour notamment trafic d’êtres humains par exploitation de la vulnérabilité et de la précarité,...

Maroc : un fqih arrêté pour le viol de plusieurs mineures

Les éléments de la gendarmerie royale ont interpellé, à Ain Dfali dans la province de Sidi Kacem, un sexagénaire, soupçonné d’avoir abusé sexuellement de plusieurs mineures.

Ces articles devraient vous intéresser :

Le roi Mohammed VI ordonne une réforme de la Moudaouana

Les droits de la famille et de la femme se sont invités dans le discours adressé samedi soir par le roi Mohammed VI à l’occasion de la célébration de la Fête du Trône. Le Souverain a appelé au respect des droits de la femme et à une réforme audacieuse...

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Maroc : risque d’augmentation des mariages de mineures après le séisme

Le séisme survenu dans la province d’Al Haouz vendredi 8 septembre pourrait entrainer une multiplication des mariages de mineures, craignent les femmes sinistrées dormant désormais avec leurs filles sous des tentes dans des camps.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.

Le mariage des enfants légalisé au Maroc ? une photo sème le doute

La publication d’une image montrant des fillettes prétendues marocaines en robe de mariage tenues par la main par des hommes âgés est devenue virale sur les réseaux sociaux. Certains affirment que cela s’est produit au Maroc. Qu’en est-il vraiment ?

La justice espagnole sépare une famille marocaine : Nasser Bourita réagit

Suite à la décision de la justice espagnole de retirer la garde des enfants à une famille marocaine établie dans le nord du pays, le ministère des Affaires étrangères a tenu à commenter cette décision et fournir quelques détails.

Des Marocains exploités dans des hôtels associés au Mondial Qatar 2022

Treize des 17 groupes hôteliers associés à la Coupe du monde Qatar 2022 emploient des migrants d’Afrique dont des Marocains et d’Asie, selon une étude.