Le Maroc renforce le dispositif anticorruption

29 mars 2021 - 07h40 - Ecrit par : A.S

La lutte contre la corruption fait partie des combats entamés par le Maroc, qui vient de se doter d’outils de persuasion et de sensibilisation. Le dernier en date est l’adoption, mercredi, par la chambre des représentants de la loi portant création de l’instance nationale de la probité, de la prévention, et de la lutte contre la corruption.

Le Maroc a intensifié depuis quelques années la lutte contre la corruption, la dilapidation des deniers publics et la mauvaise gestion. En témoignent les nombreuses arrestations, parfois même de personnalités ayant des postes de responsabilité. C’est en cela que cette loi offre une opportunité à la justice d’élargir son champ d’action en matière de lutte contre ce fléau. La nouvelle loi englobe désormais tous les actes qui constituent des violations administratives et financières revêtant un caractère particulier, mais qui ne sont pas élevés au rang de crime à part entière. Plus encore, sont considérées comme corruption, toutes les infractions relatives à la législation pénale, ainsi que celles relatives aux conflits d’intérêts, à l’activité des administrations et des organes publics et au mauvais usage des fonds publics, tels que définis dans l’article 36 de la Constitution, rapporte La vie éco.

De même, la loi donne pouvoir à l’instance de mener des recherches et des enquêtes et de préparer des rapports qui seront transmis aux autorités et instances compétentes pour le lancement des procédures disciplinaires ou pénales. Cette instance travaillera en étroite collaboration avec le Parquet présidé depuis lundi par Moulay El Hassan Daki. Magistrat de carrière et membre du Parquet depuis quarante ans, c’est un homme de terrain. Le même jour, Zineb El Adaoui a été nommée à la tête de la Cour des comptes. À l’instar du Parquet, la Cour des comptes est un acteur clé dans la lutte contre la corruption. Elle a occupé par le passé des postes de responsabilités au sein de l’instance tant au niveau national que régional. Avant sa nomination, elle dirigeait l’Inspection Générale de l’Administration territoriale (IGAT).

La nomination de ces deux personnalités à la veille de l’adoption d’une loi aussi importante, montre que le Maroc a décidé de livrer une guerre sans merci à la corruption et autres délits financiers. L’autre acteur dont le rôle joué dans la lutte contre la corruption est tout aussi importante, est la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). Avec cette instance, elle devra redoubler d’ardeur pour contrer efficacement les nouveaux crimes financiers et économiques. Depuis 2016, elle dispose de quatre brigades régionales qui seront constituées d’enquêteurs spécialisés en finance, économie, comptabilité et techniques de communication.

L’Instance nationale de la probité, de la prévention et de la lutte contre la corruption doit travailler en tenant compte des normes internationales en la matière.

Tags : Corruption - Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN) - Cour des comptes - Ministère de la Justice et des Libertés - Parlement marocain

Aller plus loin

Corruption au Maroc : 9 ans de prison pour un ex-député

Poursuivi pour corruption et détournement de fonds, un ancien parlementaire a écopé de 9 ans de prison ferme, assortie d’une amende de 500 000 dirhams et à la confiscation de ses...

Un commissaire de police interpellé pour corruption à Rabat

Une enquête judiciaire a été diligentée, lundi, à l’encontre d’un commissaire principal de police judiciaire exerçant dans un district de sûreté à Rabat, pour soupçon de corruption...

Lutte contre la corruption : l’Instance de la probité bientôt une réalité

Le projet de loi relatif à l’Instance de la probité, adopté mardi par la commission de la justice à la première Chambre après plusieurs mois de blocage, sera probablement approuvé...

Maroc : le projet de loi anticorruption bientôt voté

La commission de la législation de la première Chambre du Parlement vient de boucler l’examen détaillé du projet de loi relatif à l’Instance nationale de la probité, de la prévention...

Nous vous recommandons

Le Brésil veut le phosphate marocain

Face à la pénurie et la hausse des prix des matières premières, le Brésil envisage de diversifier ses sources d’approvisionnement en engrais. Le pays veut augmenter ses importations en provenance de plusieurs pays, dont le...

Coupe arabe : voici la prime des Marocains s’ils battent l’Algérie

La Fédération royale marocaine de football versera une grosse prime aux Lions de l’Atlas en cas de victoire contre l’Algérie en quart de finale de la Coupe arabe des nations 2021. De quoi motiver les poulains de Houcine...

Entrée au Maroc : le protocole maritime allégé

Tout voyageur en direction du Maroc, préférant les voies maritimes, devra désormais présenter un pass vaccinal ou un test PCR de moins de 72 h.

Glory promet Hari, Verhoeven et Overeem sur le ring en février

Pierre Andurand, président de l’organisation de kickboxing Glory, a fait part de sa satisfaction après le combat entre Rico Verhoeven et Jamal Ben Saddik. Plus de 18 000 fans étaient présents et 100 000 pay-per-views ont été vendus. Glory annonce d’ores et...

« Mémoires d’une lesbienne » retiré de la foire du livre de Rabat

« Lesbian Diaries » a été retiré de la 27ᵉ édition du Salon international de l’Edition et du livre (SIEL) de Rabat, à la suite d’une campagne d’opposition à la présence du roman et de son autrice Fatima Zahra...

Rabat : un policier arrêté pour vol

Un gardien de la paix en service à Rabat fait actuellement l’objet d’une enquête pour son implication présumée dans une affaire de vol.

La ligne maritime Huelva-Maroc opérationnelle cette année

Le port de Huelva prévoit de lancer une ligne maritime régulière avec le Maroc au premier trimestre 2022, a annoncé Pilar Miranda, la présidente de l’autorité portuaire.

La mauvaise aventure d’un pilote français au Maroc

Alors qu’il est arrivé au Maroc pour participer au Maroc Historic Rally qui devait se tenir du 7 au 12 décembre 2021, un pilote français a failli rester coincé au royaume avec son épouse et ses deux mécaniciens après l’annulation de la compétition et la...

L’Algérie ne veut plus d’avions marocains dans son espace aérien

Près d’un mois après la rupture de ses relations diplomatiques avec le Maroc, l’Algérie a décidé de « fermer immédiatement » son espace aérien aux avions marocains civils et militaires et à ceux ayant un numéro d’immatriculation marocain, dès ce mercredi 22...

Une famille perçoit 60 000 € d’aides de la CAF alors qu’elle vit au Maroc

Une famille de Sallaumines (Pas-de-Calais) installée au Maroc est accusée d’avoir détourné plus de 60 000 euros d’aides sociales au cours de période allant de janvier 2017 à juillet 2020. La mère et le père ont été récemment...