La justice espagnole insiste sur l’illégalité du retour des mineurs marocains

28 août 2022 - 13h00 - Espagne - Ecrit par : P. A

Le procureur continue de soutenir que les rapatriements des mineurs de Sebta au Maroc n’ont pas été effectués conformément à la loi sur les étrangers, accusant la délégation gouvernementale de la ville autonome et le ministère de l’Intérieur de cette action « illégale ».

La vice-présidente du gouvernement de Sebta, María Isabel Deu, a déclaré lors de sa comparution en décembre dernier que les mineurs ont été rapatriés au Maroc sans aucune enquête sur leurs familles d’origine. L’ordre de rapatrier ces mineurs a été donné par la déléguée du gouvernement, Salvadora Mateos, qui a reçu les instructions du ministère de l’Intérieur avec lequel elle était « en contact quotidien et permanent », rappelle El Mundo.

Deu s’est rendu dans les centres de séjour des mineurs pour les informer de leur rapatriement. Mais c’est Mateos qui a signé le décret, en relation avec le ministère de Fernando Grande-Marlaska. Seuls les enfants qui n’étaient pas dans une situation vulnérable dans leur pays d’origine étaient concernés par ces retours. Quant à la situation familiale des adolescents, Deu et Mateos l’ont confiée aux ONG, mais Deu a admis n’avoir jamais cherché à connaître l’issue de cette procédure.

À lire : Espagne : où en est l’enquête sur le retour des mineurs ?

La vice-présidente a également assuré qu’à l’époque, elle faisait confiance au Maroc et ne doutait pas de sa « compétence et sa capacité à réunir les mineurs avec leurs familles ». Pour le procureur, les rapatriements auraient dû être effectués conformément à la loi sur les étrangers et non dans le cadre d’un accord entre l’Espagne et le Maroc.

De son côté, le juge a ouvert une enquête sur le retour de ces mineurs après la plainte déposée par une association pour dénoncer le caractère « illégal » de ces retours. Mateos et Deu sont cités à comparaître le 7 septembre prochain. L’association plaignante a annoncé qu’elle pourrait également demander la comparution du ministre de l’Intérieur en tant que témoin.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immigration clandestine - Droits et Justice - Ceuta (Sebta) - Enfant - Rapatriement

Aller plus loin

Espagne : où en est l’enquête sur le retour des mineurs ?

La justice espagnole poursuit l’enquête sur le rapatriement « illégal » des mineurs marocains arrivés en masse à Sebta en mai 2021. Dans ce cadre, la déléguée du gouvernement,...

Le Maroc et l’Espagne étudient les conditions « légales » du retour des mineurs

Le Maroc et l’Espagne étudient les voies et moyens pour assurer le rapatriement, avec « toutes les garanties légales », des quelque 137 mineurs marocains non accompagnés...

La justice espagnole ouvre une enquête sur le retour de mineurs au Maroc

Le parquet général vient d’ouvrir une enquête sur l’opération de rapatriement au Maroc des quelque 800 migrants mineurs arrivés à Ceuta en mai dernier. La justice espagnole qui...

Ceuta : des ONG dénoncent les retours de mineurs sans assistance juridique

Plusieurs organisations de défense des droits des enfants comme No Name Kitchen, Maakum Ceuta, ELIN, Fondation Racines et Andalucía Acoge sont contre le rapatriement au Maroc,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Samira Saïd : la retraite ?

La chanteuse marocaine Samira Saïd, dans une récente déclaration, a fait des confidences sur sa vie privée et professionnelle, révélant ne pas avoir peur de vieillir et avoir pensé à prendre sa retraite.

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Le kickboxeur marocain Mohammed Jaraya arrêté par la police

Le kickboxeur néerlandais d’origine marocaine, Mohammed Jaraya, risque gros. Il vient d’être arrêté par la police et les accusations à son encontre pourraient mettre définitivement fin à une carrière pourtant prometteuse.

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Hiba Abouk, séparée d’Achraf Hakimi, trouve du réconfort auprès de ses enfants

Affectée par sa séparation avec Achraf Hakimi et la polémique liée à leur divorce, Hiba Abouk continue de garder le moral haut et le sourire grâce à ses enfants Amin (3 ans) et Naïm (1 an).

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

Des Marocains à la rue : la détresse d’une famille en Espagne

Un couple marocain et ses trois filles mineures âgées de 12, 8 et 5 ans sont arrivés clandestinement à Pampelune en provenance du Maroc il y a un mois, cachés dans une remorque chargée de légumes. Sans ressources ni aide, ils sont à la rue depuis...