Pegasus : Mohamed Fizazi dénonce un acharnement contre le Maroc

23 juillet 2021 - 19h00 - France - Ecrit par : G.A

L’affaire Pegasus dans laquelle certaines organisations ont porté de graves accusations d’espionnage contre le Maroc continue de faire polémique. Mohamed Fizazi, l’un des chefs salafistes les plus médiatisés du Maroc, a indiqué qu’ « il incombe au consortium des médias de prouver conformément à la loi les faits nécessaires au succès de ses prétentions contre le Maroc ».

Dans un long post sur sa page Facebook, Cheikh Fizazi a déclaré que « toute démarche de surveillance visant à protéger le pays du terrorisme, de la drogue ou des manœuvres ciblant son intégrité territoriale est utile ». Il a salué les efforts des services de sécurité marocains, « dirigés par Abdellatif Hammouchi et ses assistants ».

À lire : Affaire Pegasus : le Maroc est « victime d’une campagne de déstabilisation »

Mohamed Fizazi estime qu’accuser le Maroc d’espionnage est « un autre maillon d’une longue chaîne faite d’hostilité contre le Maroc ». Il ajoute que demander à l’État marocain de fournir la preuve de sa non-implication dans l’affaire Pegasus est une aberration. «  La charge de la preuve incombe au demandeur, actori incubit probatio ».

À lire : Pegasus : le Maroc porte plainte à Paris

Il dénonce un « procès d’intention médiatique, infondé et visiblement créé de toute pièce pour déstabiliser la relation diplomatique profonde entre le Maroc et la France ». Il félicite les autorités marocaines pour avoir décidé ce 22 juillet, d’attaquer en diffamation Amnesty et Forbidden Stories devant le tribunal correctionnel de Paris.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Facebook - Mohamed Fizazi - Espionnage - Plainte

Aller plus loin

Pegasus : le Maroc attaque en justice Le Monde, Radio France, Mediapart

Offensive judiciaire du Maroc suite aux accusations portées à son encontre pour espionnage via le logiciel Pegasus. Les autorités marocaines ont porté plainte en France contre...

Pegasus : le Maroc porte plainte à Paris

Le Maroc a décidé de porter plainte pour diffamation à Paris contre Amnesty International et Forbidden Stories à l’origine des accusations d’espionnage contre le royaume.

Espionnage via Pegasus : le Maroc affirme ne pas avoir obtenu des preuves

L’avocat mandaté par le Maroc dans l’affaire Pegasus a lancé il y a quelques jours une procédure qui donnait dix jours à Amnesty International et Forbidden Stories pour...

Affaire Pegasus : le Maroc est « victime d’une campagne de déstabilisation »

Le Maroc est victime d’une campagne médiatique visant à ternir son image. C’est ce qu’a déclaré le président du groupe d’amitié France-Maroc au Sénat français, Christian...

Ces articles devraient vous intéresser :

Achraf Hakimi fait des promesses aux Marocains

À quelques heures du départ de la sélection nationale du Qatar, l’international marocain Achraf Hakimi s’est adressé aux supporters marocains dont le soutien a été déterminant tout au long de la compétition.

Haine envers les Marocains : prison ferme prononcée par la justice

Le parquet de Valence spécialisé dans les délits de haine a requis trois ans de détention contre un homme accusé de diffusion d’informations mensongères sur les réseaux sociaux ciblant les musulmans, notamment Marocains.

Cheikh Mohammed Al Fizazi critique vivement la série de Mohamed Bassou

Le président de l’Association marocaine de la Paix et de la Transmission, Cheikh Mohammed Al Fizazi, a critiqué le comédien Mohammed Bassou pour sa série « Si Al Kala » diffusée sur sa page YouTube pendant ce mois de Ramadan, estimant qu’il ne fait que...

La police marocaine et Facebook lancent « Alerte-enlèvement »

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) met en place actuellement un nouveau système de protection de la sécurité des citoyens, des résidents et des étrangers. Il s’agit d’un programme innovant et intégré d’alerte et de recherche des...

Les excuses de Meryame Kitir à ceux qu’elle aurait pu « blesser involontairement »

Après deux mois de silence, Meryame Kitir, ancienne ministre belge de la Coopération, s’est adressée dimanche à ses collègues et autres avec lesquels elle a collaboré durant son mandat au sein du gouvernement belge.

Darija sur Wikipédia : un concours qui divise

La page Facebook Wikimedia Maroc a lancé un concours préconisant l’utilisation du dialecte marocain (darija) en lieu et place de l’arabe littéraire qui soulève de vives polémiques.