La police de Bruxelles Midi veut poursuivre les policières racistes

22 janvier 2021 - 18h30 - Belgique - Ecrit par : S.A

La police de Bruxelles Midi compte engager des poursuites judiciaires contre deux policières accusées de racisme.

Les faits remontent à 2018. Des vidéos filmées mettent en scène deux policières en uniforme à bord de leur véhicule de service de la zone Bruxelles Midi et qui circulaient dans des quartiers de Cureghem, à Anderlecht. Elles se trémoussaient sur un rythme de musique techno pendant un peu plus de deux minutes. Elles proféraient des insultes racistes : «  Macaques (…) Bande de grosses tapettes (…) Ça pue ici ». Un commissaire avait rédigé et transmis un rapport au chef de corps de la zone de police Bruxelles Midi d’alors après des dénonciations en interne, le 19 octobre 2018. Celui-ci avait suspendu provisoirement ces deux policières âgées d’une trentaine d’années avec une retenue sur salaire de 25 %, le 22 octobre 2018.

11 décembre 2020. Nouveau rebondissement. Dans une décision, le Conseil d’État a annulé la sanction disciplinaire lourde de rétrogradation pécuniaire pour l’une de ces deux policières – Cindy B. qui est toujours en fonction au sein de la zone de police Bruxelles Midi. Ses avocats Patricia Minsier, Nathan Mouraux et Marc Uyttendaele avaient saisi la juridiction. Les juges ont estimé que cette sanction aurait légalement dû être notifiée à Cindy B. dans un délai de 15 jours, soit le 24 mars 2019 au plus tard, et non le 28 mars 2019, soit quatre jours trop tard.

Aujourd’hui, la publication de certaines séquences vidéos et la pression politique peuvent donner lieu à des poursuites judiciaires. « Je vais aller en justice, au civil, parce que je n’accepte pas que l’image de ma zone de police soit cassée comme ça par le comportement d’une minorité de personnes qui n’ont pas leur place à la police », fait savoir au journal La Capitale, Jurgen De Landsheer, nouveau chef de corps de la police de Bruxelles Midi.

« Dans cette affaire, ce qui est tout aussi scandaleux que le traitement des propos racistes de ces policières, c’est le dessous des cartes : ce sont ces mêmes policières qui ont détruit la carrière de l’un de leurs supérieurs, un commissaire qui avait 38 ans de bons et loyaux services et qu’elles ont éhontément accusé d’être un soi-disant raciste et nazi ; alors qu’il ne l’était pas du tout et qu’elles ont en réalité mis dans sa bouche des propos qui sortaient de leurs propres bouches », s’indigne une source policière.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Belgique - Bruxelles - Droits et Justice - Racisme

Aller plus loin

France / Racisme dans la police : un délégué syndical dénonce le phénomène

Une attitude de complicité passive de tous les actes racistes, voilà ce que pense Noam Anouar de l’administration policière. Selon le délégué du syndicat policier «  Vigi  », il...

Anderlecht : l’une des policières racistes sous protection

L’une des policières de la brigade canine filmée dans la vidéo raciste révélée par certains médias belges, est sous protection après que des photos et des papiers d’identité lui...

France : le policier qui a dénoncé le racisme au sein de la police sanctionné

Pour n’avoir pas vite déposé son rapport, Amar Benmohamed, le policier qui avait dénoncé le racisme et la maltraitance de ses collègues à l’égard des prisonniers du dépôt du...

Belgique : trois ex-policiers en prison pour vol avec violence et racisme

Trois anciens agents de la police d’Anvers ont écopé des amendes et des peines de prison allant jusqu’à quarante mois avec sursis pour vol avec violence et racisme. Tel est le...

Ces articles devraient vous intéresser :

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Agression de MRE en Europe : le parlement marocain interpellé

Un parlementaire du parti de l’Istiqlal vient d’appeler Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération africaine, à agir pour combattre les attaques racistes répétées ciblant les Marocains résidant à l’étranger (MRE).

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Le club des avocats offre un service gratuit d’orientation juridique pour les MRE

Le club des avocats au Maroc apporte son aide à la communauté marocaine résidant à l’étranger en mettant à sa disposition des lignes téléphoniques qui leur permettront de bénéficier gratuitement d’une orientation juridique et des conseils.

Carte du Maroc sans le Sahara : l’ONCF annonce des poursuites judiciaires

L’Office national des chemins de fer (ONCF) aurait publié sur l’une de ses affiches une carte incomplète du Maroc, suscitant la colère des internautes marocains. L’Office vient de démentir l’information et envisage de poursuivre les auteurs de cette...

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.