Procès d’Omar Radi : le journaliste retourne au tribunal le 29 octobre

25 septembre 2020 - 06h40 - Maroc - Ecrit par : J.K

Le procès le journaliste Omar Radi, pour « ébriété publique » avec « injures » avec un de ses collègues Imad Stitou, lui, en liberté, s’est ouvert jeudi devant le tribunal de première instance de Casablanca avant d’être immédiatement renvoyé au 29 octobre.

Les deux hommes avaient été interpellés début juillet suite une altercation avec deux caméramen de la web télévision Chouf TV qui les filmaient à la sortie d’un bar de Casablanca. Le journaliste et militant se disait « harcelé » par des médias réputés proches des milieux sécuritaires, au premier rang desquels Chouf TV.

Depuis son arrestation pour la double affaire de viol et d’espionnage, c’est seulement mardi qu’Omar Radi a été interrogé pour la première fois par un juge d’instruction.

L’enquête pour « espionnage » a été ouverte fin juin après la publication d’un rapport d’Amnesty International qui faisait état de l’espionnage de son téléphone par les officiels. Ce que Rabat n’a toujours pas reconnu, trouvant Amnesty dans une « campagne internationale de diffamation ».

Quant à l’enquête pour viol, elle a été ouverte un mois plus tard, sur plainte d’une de ses collègues et amies. Si Omar Radi parle de « relations librement consenties », la plaignante affirme qu’elle n’y était pas favorable, martelant dans plusieurs médias son droit à « défendre sa dignité » et obtenir justice.

Jeudi, les avocats du journaliste ont demandé, une audience en présentiel le 29 octobre, avec « la présence de tous les protagonistes au tribunal » au lieu de l’audience à distance prévue. Les autorités judiciaires ont déployé le distanciel pour limiter les risques sanitaires liés à la pandémie du coronavirus.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Presse - Procès - Prison - Espionnage - Plainte - Omar Radi

Aller plus loin

Encore des ennuis judiciaires pour le journaliste Omar Radi

La police a interpellé puis placé en garde à vue le journaliste et militant des droits humains, Omar Radi, dimanche 5 juillet à Casablanca. Motif de son arrestation : "ivresse...

Le procès du journaliste marocain Omar Radi renvoyé au 27 avril

A peine ouvert, la cour d’appel de Casablanca a suspendu et renvoyé au 27 avril le procès du journaliste Omar Radi poursuivi pour « viol » et espionnage, et en prison depuis fin...

Affaire Omar Radi : la réponse d’Amnesty International au Maroc

Amnesty International a donné suite à la requête du chef du gouvernement, Saâdeddine El Otmani lui demandant de lui fournir les "preuves matérielles" de ses allégations sur le...

Malade, Omar Radi suspend sa grève de la faim

Le journaliste Omar Radi a suspendu vendredi sa grève de la faim entamée, il y a 21 jours, pour des raisons de santé, a annoncé sa famille.

Ces articles devraient vous intéresser :

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Une journaliste franco-marocaine conteste l’interdiction du hijab sur la carte de presse en France

La journaliste franco-marocaine Manal Fkihi a annoncé son intention de contester la règle interdisant aux femmes voilées de porter le hijab sur la photo de la carte de presse française. Cette décision fait suite au refus de la Commission de délivrance...

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Tarik Tissoudali condamné

Décidément, la semaine est décidément noire pour Tarik Tissoudali. Après s’être attiré les foudres de son club, La Gantoise, pour des critiques acerbes suite à la défaite contre le Standard, l’attaquant de 30 ans a été condamné vendredi par le tribunal...

Un agriculteur espagnol attaque la famille royale marocaine

Le Tribunal de l’Union européenne a entendu mardi les arguments de l’entreprise Eurosemillas, spécialisée dans la production de semences sélectionnées, qui demande l’annulation de la protection communautaire des obtentions végétales pour la variété...