Remaniement ministériel au Maroc : les noms qui circulent

16 mai 2015 - 13h08 - Maroc - Ecrit par : J.L

Le remaniement ministériel prévu vendredi lors du conseil du gouvernement présidé par le roi Mohammed VI, n’a pas eu lieu. Les noms des successeurs des ministres Soumia Benkhaldoun, El Habib Choubani, Abdelâdim El Guerrouj et Mohamed Ouzzine n’ont pas été annoncés.

A l’origine de ce retard, les partis politiques de la majorité qui n’arrivent pas à se mettre d’accord sur la prochaine équipe gouvernementale, rapportent certaines sources.

Une lutte acharnée opposerait les partis de la coalition gouvernementale quant au choix des départements que chacun veut diriger. Conciliateur comme à son accoutumée, le chef de l’exécutif Abdelilah Benkirane veut satisfaire tout le monde.

Ces partis veulent saisir cette occasion pour s’affirmer sur la scène politique du royaume, l’intérêt général du pays et des citoyens qu’ils sont censés représenter, étant leur dernier souci, souligne non sans amertume un député du Parti Justice et Développement (PJD).

Remaniement, les noms qui circulent

Le roi Mohammed VI a chargé le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane de proposer des remplaçants aux ministres déchargés de leurs fonctions, mais les négociations avec les partis de la majorité semblent encore être bloquées par les bas calculs politiciens.

Ce remaniement pourrait toucher même le ministère des Affaires étrangères dont le dirigeant actuel Salahdine Mezouar pourrait devenir ministre d’Etat sans portefeuille, pour qu’il puisse, dit-on, se consacrer davantage aux affaires de son parti le Rassemblement National des Indépendants (RNI), à l’approche des échéances électorales.

Parmi les noms fortement pressentis pour remplacer El Habib Choubani, ministre sortant chargé des relations avec le parlement et la société civile figure celui de Saâdeddine El Othmani.

Ce choix n’est pas fortuit, le parti islamiste veut ainsi profiter de l’expérience de l’homme sage du PJD et de ses excellentes relations avec les dirigeants de l’opposition, pour apaiser les tensions au sein du parlement.

Au parti islamiste, les noms qui reviennent sont ceux de Abdelali Hamidine, Abdellah Bouanou, Said Khairoune, Abdelaziz Ammari. Les ministres du Mouvement Populaire dominé par le trio Mohand Laenser, Mohamed Ouzzine et sa belle-mère Halima Assali, ne devraient pas changer au même titre que ceux du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS).

Benkirane en perte de popularité espérait même réduire le nombre de ministères en fusionnant plusieurs départements pour faire passer le message d’austérité auprès de son électorat, mais cette option avait été catégoriquement refusée par certains partis de la majorité.

La version trois du gouvernement Benkirane devrait être dévoilée dans les prochains jours. Le dernier remaniement marqué par les conflits profonds opposant les partis politiques marocains avait duré plusieurs mois.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Salaheddine Mezouar - Saâdeddine El Othmani - Elhabib Choubani - Gouvernement marocain - Soumia Benkhaldoun - Abdellah Bouanou - Abdelaziz El Omari - Said Khairoune - Abdelali Hamiedine

Aller plus loin

Une histoire d’amour entre deux ministres inquiète Benkirane

Une histoire d’amour entre un ministre et une ministre déléguée au gouvernement marocain inquiète au plus haut niveau le chef de l’exécutif Abdelilah Benkirane. La relation des...

Indigestion de chocolat au gouvernement Benkirane

Le gouvernement Benkirane aurait du mal à digérer le chocolat du ministre Abdelâdim El Guerrouj. L’exécutif prônant l’austérité pour sortir de la crise dans laquelle est plongé...

Maroc : le divorce d’une ministre devient une affaire politique

Hamid Chabat, secrétaire général du parti de l’Istiqlal, "en manque d’inspiration", a fait du divorce de la ministre Soumia Benkhaldoun une affaire politique. Le controversé...

Maroc : quand amour et chocolat font vaciller le gouvernement

Le remaniement ministériel du gouvernement attendu depuis janvier dernier suite au scandale de la raclette du complexe sportif Moulay Abdallah de Rabat, a été finalement décidé...

Ces articles devraient vous intéresser :

Augmentations de salaires au Maroc : deux milliards de dirhams en jeu

​Les négociations entre le gouvernement et les syndicats sur les augmentations de salaires et la révision du régime de l’impôt sur le revenu (IR) trébuchent encore. Entre la demande des partenaires sociaux et l’offre de l’exécutif, il y a 2 milliards...

Réforme du Code de la famille au Maroc : Abdelilah Benkirane menace

Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, relance le débat sur la réforme de la Moudawana et du Code pénal, en promettant des actions fortes si le ministre de la Justice y introduit des amendements qui portent atteinte à la cellule familiale.

Le PJD exprime son regret après la mise en garde du Cabinet royal

Le Parti Justice et Développement (PJD) est sorti de son silence après avoir été recadré par le Cabinet royal au sujet des relations du Maroc avec Israël. Dans un communiqué signé par son secrétaire général, Abdelilah Benkirane, le parti a exprimé son...

Mohammed VI nomme les membres du Conseil Supérieur de l’Éducation

Le roi Mohammed VI a procédé mercredi à la nomination des membres du Conseil Supérieur de l’Éducation, de la Formation et de la Recherche Scientifique (CSEFES). Cet organe composé de 20 membres a pour objectif de définir les politiques publiques dans...

Abdelkader Amara claque la porte du PJD, voici pourquoi

Abdelkader Amara n’est plus membre du parti de la justice et du développement (PJD). Lundi, l’ancien ministre de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau a annoncé sa démission du parti islamiste après une réflexion sur ce que...

Maroc : la fumée de la chicha empoisonne l’école

Touria Afif, membre du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), a interpellé le ministre de l’Intérieur et celui de l’Éducation nationale sur la prolifération des cafés à chicha à proximité des écoles au Maroc et plus...

Maroc : les réformes des lois sur les libertés individuelles passent mal

Les réformes des lois sur les libertés individuelles initiées par le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi sont loin de faire l’unanimité. Après le parti de la justice et du développement (PJD), parti de l’opposition, c’est au tour du parti de la...

Maroc : le gouvernement et les syndicats divisés sur la hausse des salaires

Fin de la lune de miel entre le gouvernement et les centrales syndicales. Si la première phase des négociations s’est déroulée dans une ambiance détendue, des discordes sont apparues au cours du deuxième round sur certaines questions essentielles comme...

Le PJD en colère contre le nouveau Code de la famille

Le parti de la justice et du développement (PJD) dirigé par Abdelilah Benkirane, affiche son opposition à la réforme du Code de la famille. Du moins, pour certaines propositions.

Abdelilah Benkirane met en garde contre le capitalisme occidental

Le secrétaire général du Parti Justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a dénoncé le capitalisme occidental qui, à terme, nuira au peuple et à l’économie marocaine.