Transhumance politique : le PJD réclame la déchéance d’un député transfuge

7 avril 2021 - 14h40 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

La transhumance politique résiste aux réformes et se manifeste à la vieille des élections. Le parti PJD est actuellement secoué par le phénomène avec des défections de militants au mépris de la discipline de groupe.

Les partis politiques ont du mal à en finir avec le phénomène de la transhumance politique. Comme à l’accoutumée, c’est à la veille des élections que ce phénomène condamné par tous les acteurs politiques et même de la société civile refait surface.

Pour le cas d’espèce, le PJD demande au président de la Chambre des représentants de saisir la Cour constitutionnelle à l’effet de déchoir Abdellatif Naciri de son mandat de député qui a rejoint le parti RNI le 2 avril dernier. Or, c’est sous la bannière de la formation islamiste que le transfuge a participé aux élections législatives d’octobre 2016 dans la circonscription d’Aïn Choq-Sidi Maarouf à Casablanca.

La demande de déchéance du PJD trouve son fondement juridique dans la loi organique de la Chambre des représentants en son article 90. C’est sur cette base que Mustapha Ibrahimi, président du groupe des députés islamistes, a adressé lundi 5 avril une missive au président Habib El Malki. À la lumière de l’article 61 de la constitution du 1ᵉʳ juillet 2011, le requérant pense avoir des chances que le transfuge soit démis de ses fonctions.

Car, l’article 61 de la constitution dispose que « tout membre de l’une des deux Chambres qui renonce à son appartenance politique au nom de laquelle, il s’est porté aux élections ou le groupe ou groupement parlementaire auquel il appartient, est déchu de son mandat ». Mais il se pose une nuance. Le transfuge avait démissionné en novembre du PJD.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Partis politiques - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Rassemblement National des Indépendants (RNI) - Elections Maroc 2016 - Parlement marocain

Aller plus loin

Le député Samir Abdelmoula convoqué devant le procureur

Le député pidjiste Samir Abdelmoula, interpellé jeudi dernier à Tanger, sera présenté la semaine prochaine devant le procureur. Poursuivi sur la base d’un mandat d’arrêt...

Abdelilah Benkirane se ravise

Abdelilah Benkirane, ancien chef du gouvernement et secrétaire général du Parti de la Justice et du Développement (PJD) a renoncé à quitter le parti et à rompre ses liens avec...

Maroc : vers une réforme de la Constitution ?

Le débat sur l’amendement de la constitution reprend de plus belle avec la commission spéciale chargée du nouveau modèle de développement (CSMD).

Crise au PJD : Driss El Azami Idrissi quitte la présidence du Conseil national

Moins de 24 h après la démission de Mustapha Ramid du gouvernement, le maire de Fès a annoncé sa démission de la présidence du Conseil national du PJD. L’ancien ministre délégué...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : moins de français dans les administrations

Les Marocains souffrent de la prédominance de la langue française dans les transactions informatiques des administrations marocaines. Tel est le constat fait par le groupe parlementaire du Rassemblement national des Indépendants (RNI), qui appelle la...

Maroc : 30 députés éclaboussés par des affaires de corruption

Au total, 30 députés marocains sont poursuivis par la justice en leur qualité de président de commune pour leur implication présumée dans des affaires de corruption, de dilapidation de deniers publics, de chantage, et de falsification de documents...

Maroc : la retraite à 65 ans ?

Alors que les députés de l’opposition rejettent le projet du gouvernement d’Aziz Akhannouch de porter l’âge de la retraite à 65 ans, Younes Sekkouri, le ministre de l’Intégration économique, de la Microentreprise, de l’Emploi et des Compétences, dément...

Réforme du Code de la famille au Maroc : Abdelilah Benkirane menace

Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, relance le débat sur la réforme de la Moudawana et du Code pénal, en promettant des actions fortes si le ministre de la Justice y introduit des amendements qui portent atteinte à la cellule familiale.

Le PJD en colère contre le nouveau Code de la famille

Le parti de la justice et du développement (PJD) dirigé par Abdelilah Benkirane, affiche son opposition à la réforme du Code de la famille. Du moins, pour certaines propositions.

Le PJD doit payer plus de 5 millions de dirhams

La Cour des comptes a récemment publié son rapport annuel sur l’audit des comptes des partis politiques pour l’année 2021. Selon ce rapport, le Parti de la justice et du développement (PJD) est en tête de liste des partis qui doivent rembourser des...

Abdelilah Benkirane met en garde contre le capitalisme occidental

Le secrétaire général du Parti Justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a dénoncé le capitalisme occidental qui, à terme, nuira au peuple et à l’économie marocaine.

Rappel à l’ordre du cabinet royal : quelle sera la réaction du PJD ?

Jusqu’à présent, le Parti Justice et développement (PJD), dirigé par Abdelilah Benkirane, s’est gardé de tout commentaire après la mise en garde du cabinet royal, mais il pourrait réagir dans les tout prochains jours.

Au Maroc, les cafetiers accusés d’empoisonner leurs clients

Alors que les accusations de fraude formulées contre eux par une députée du Rassemblement national des indépendants (RNI) persistent, les propriétaires des cafés et restaurants pointent du doigt l’Office national de sécurité sanitaire des produits...

Maroc : pas de congé menstruel pour les femmes fonctionnaires

La proposition de loi visant à instaurer un congé menstruel, d’une durée ne dépassant pas deux jours par mois, en faveur des femmes fonctionnaires n’a pas reçu l’assentiment du gouvernement.