Tunnel du détroit : un gouffre financier pour l’Espagne

1er juillet 2023 - 18h10 - Espagne - Ecrit par : P. A

L’Espagne a dépensé des millions d’euros dans les études de faisabilité du projet de tunnel ferroviaire la reliant au Maroc dans le détroit. D’énormes ressources ont été englouties pour le fonctionnement de la Secegsa, la société d’études espagnole en charge du dossier depuis 42 ans.

Le Maroc et l’Espagne ont signé en 1979 une déclaration d’intention commune sous Hassan II et Juan Carlos I pour construire un tunnel sous-marin de 42 km dans le détroit. Le projet est destiné à relier l’Europe à l’Afrique. Mais depuis lors, la construction du tunnel n’a pas démarré. Malgré la création des deux entreprises publiques d’études, la SNED au Maroc et la SECEGSA en Espagne dans les années 1980, le tunnel est resté à l’étape de projet, fait savoir Público.

À lire : Maroc-Espagne : les études du tunnel lancées, un nouvel accord attendu pour sa réalisation

Depuis 43 ans, pas une seule pierre n’a été posée. Pourtant, des études environnementales et de faisabilité technique du projet ont été réalisées. Dans les années 90, les deux sociétés d’études marocaine et espagnole ont organisé des réunions à Tanger, Madrid, Marrakech et Séville pour faire le point des études menées de part et d’autre sur le projet. Entre 1981 et 2014, 10 relevés marins, dont quatre en profondeur, ont confirmé la complexité orographique et hydraulique d’un tel projet dans un espace maritime instable, marqué par la confluence de la Méditerranée et de l’océan Atlantique.

À lire : Un tunnel de 42 km pour relier l’Europe à l’Afrique : le projet ambitieux de l’Espagne et du Maroc

Dans un rapport sur la période 1997-2001, la Cour des comptes espagnole a noté une « discontinuité » dans l’exécution des études et une « stagnation » de l’activité principale de SECEGSA, relevant un « excédent significatif » de trésorerie. En 2017, la société comptait dix salariés pour une masse salariale de 384 000 euros par an, dont près de la moitié, soit 181 500 euros, étaient alloués aux deux postes de direction. Les subventions de l’État au cours des sept dernières années s’élèvent à 1,3 million d’euros, a dénoncé l’institution qui relève des progrès « faibles ».

À lire : Gros doutes sur la faisabilité du tunnel entre le Maroc et l’Espagne

Le tunnel est « sur le point de se concrétiser », rassure José Luis Goberna, le président de la SECEGSA, convaincu que les avancées technologiques dans l’industrie du forage de tunnels permettront d’« accélérer » ce projet « d’une grande complexité » dont la réalisation favorisera « le développement durable, la prospérité et la stabilité de toute la région ». Le projet est viable, selon Alejandro Castillo, ingénieur civil et professeur à l’Université de Grenade. Il devrait nécessiter un investissement de 20 milliards d’euros, représentant 2 à et 5 % du produit intérieur brut (PIB) espagnol. Sa réalisation pourrait durer 10 à 15 ans.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Maritime - Transport ferroviaire

Aller plus loin

Maroc-Espagne : les études du tunnel lancées, un nouvel accord attendu pour sa réalisation

La reprise des négociations entre le Maroc et l’Espagne au sujet du tunnel devant relier les deux pays via le détroit de Gibraltar, ne concerne que l’étude du projet. La...

Gros doutes sur la faisabilité du tunnel entre le Maroc et l’Espagne

Le tunnel ferroviaire devant relier l’Espagne et le Maroc via le détroit de Gibraltar ne verra pas le jour. En lieu et place, une connexion pour la fibre et les...

Un train direct entre Casablanca et Madrid ?

La réalisation d’une liaison ferroviaire entre Casablanca et Madrid est envisageable dans le cadre de la mise en œuvre du projet de tunnel ferroviaire sous le détroit de...

Tunnel entre le Maroc et l’Espagne : les raisons du blocage

L’Espagne assure que le projet de tunnel avec le Maroc dans le détroit de Gibraltar avance et que certaines étapes seront bientôt bouclées, appelant à un partenariat...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les travaux du câble sous-marin « Medusa » traversant le Maroc, bientôt lancés

La construction de « Medusa », le câble sous-marin devant relier l’Afrique du Nord au sud de l’Europe en passant par le Maroc, va bientôt démarrer. Il vise à favoriser la connectivité dans la région.

Maroc : une centaine de nouveaux trains à acquérir

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a annoncé l’acquisition progressive de 100 nouveaux trains fabriqués localement, et ceci dans les 10 prochaines années.

400 milliards pour TGV et trains au Maroc : Un vaste chantier pour relier 43 villes

Le Maroc va mobiliser 400 milliards de dirhams pour l’extension et la modernisation de son réseau ferroviaire. Un projet ambitieux qui connectera 43 villes du royaume.

Maroc : 1300 km de nouvelles lignes TGV

Le ministre du Transport et de la logistique, Mohamed Adeljalil, a présenté mardi à la Chambre des conseillers, le point des actions menées par l’Office national des chemins de fer (ONCF) en vue de renforcer et de moderniser le transport ferroviaire...

Le grand chantier du TGV Kénitra-Marrakech démarre

Le projet de Ligne à grande vitesse reliant Kenitra à Marrakech est entré dans sa phase active. L’Office national des chemins de fer (ONCF) vient de confier à six entreprises les travaux de déblaiement et de préparation du tracé de la ligne, pour un...

Les aéroports marocains reliés par train

L’aéroport international Ibn Battouta de Tanger sera bientôt relié au réseau ferroviaire, dans le cadre d’un projet qui inclut 15 aéroports internationaux.

Le Maroc va investir de plus de 13,4 MMDH dans le chemin de fer

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a prévu un investissement de plus de 13,4 milliards de DH durant la période 2023-2025.

Le Maroc veut 800 km de lignes TGV

Le Maroc a l’ambition d’étendre son réseau ferroviaire LGV (Ligne à grande vitesse) à 800 km. La concrétisation de ce souhait nécessitera la bagatelle de 100 milliards de dirhams.

Un nouveau pas vers la réalisation du TGV Kénitra-Marrakech

L’Office national des chemins de fer (ONCF) accélère la réalisation de la Ligne à grande vitesse (LGV) reliant Kénitra à Marrakech. Après les travaux de génie civil, ceux relatifs à l’installation du système de signalisation et de télécommunications...

Le succès ne se dément pas pour le TGV marocain

Inauguré en 2018, Al Boraq, le Train à grande vitesse marocain, souffle sa quatrième bougie ce mardi 15 novembre. Avec 10 millions de passagers transportés depuis sa mise en service, la grande vitesse affiche un succès remarquable.