Cafés et restaurants : le gouvernement promet un soutien aux professionnels du secteur

10 avril 2021 - 09h00 - Economie - Ecrit par : J.D

Les autorités marocaines ont annoncé sans grande précision, un appui au profit du secteur des cafés et restaurants engagé dans un mouvement de débrayage dès vendredi sur toute l’étendue du territoire national pour contraindre le gouvernement à prendre des mesures d’urgence destinées à sauver la restauration et à assouplir les restrictions durant le mois de Ramadan.

L’information a été portée au cours d’une réunion tenue mardi, aux patrons de cafés et restaurants reçus par les autorités de la Direction générale du commerce pour désamorcer le mécontentement et trouver un point d’accord.

La même source annonce que les officiels de cette direction sous tutelle du ministère du Commerce, ont expliqué à leurs vis-à-vis que concernant la fermeture des cafés et restaurants, le gouvernement a suivi les recommandations du comité scientifique pour la lutte contre la propagation du Covid-19.

Le ministère de l’Industrie et du Commerce a promis aux représentants de l’Association nationale des patrons de cafés et restaurants du Maroc d’apporter un soutien aux professionnels, pour atténuer les conséquences de la décision de fermer la nuit au cours du mois de Ramadan afin de réduire les pertes attendue, indique Hespress, qui croit savoir que cette promesse n’a pas permis de désamorcer la colère des professionnels du secteur.

« Ils ont refusé de renoncer à cette action de protestation et ce, jusqu’à ce qu’ils reçoivent des promesses rassurantes qui répondent à leurs demandes, à travers l’organisation d’une réunion conjointe qui regroupe les différents ministères concernés, dont celui de l’Intérieur », détaille Hespress.

Pendant ce temps, note la même source, certains patrons de cafés et de restaurants de la ville de Marrakech, se disant disposés au dialogue et légalistes, ont exprimé leur refus de débrayer vendredi.

Faut-il le souligner, avec le couvre-feu à 20 heures pendant le Ramadan, les cafés et restaurants pourront servir le plat de « l’Iftar » après la rupture du jeûne vers 19h30.

Plusieurs rencontres d’échanges sont annoncées. Une première entre les professionnels du secteur et le directeur général des impôts et une seconde prévue conjointement avec le ministère de l’Industrie, le ministère de l’Emploi, la Direction générale des Impôts, ainsi que le gouverneur des collectivités locales, afin de parvenir à des solutions communes qui sauvent le secteur.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Restauration - Ministère de l’Intérieur (Maroc) - Ministère de l’Economie et des Finances - Ministère de l’industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies - Direction générale des impôts (DGI) - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Maroc : colère des restaurateurs et cafetiers

Colère et déception dans les rangs des professionnels du commerce. Face aux nombreuses défaillances et surtout à l’indifférence du gouvernement, Noureddine El Harrak, président...

Le blues des restaurateurs marocains

L’été 2021 devait apporter un peu d’espoir aux professionnels du tourisme et de la restauration. Mais avec les nouvelles mesures de restriction mises en place pour faire face à...

Covid-19 : des indemnités seront versées aux employés des restaurants

Le Conseil de gouvernement réuni, jeudi 18 mars 2021, par visioconférence sous la présidence de Saâd-Eddine El Otmani, a adopté le projet de décret portant application du...

Restauration : les professionnels réclament une feuille de route

Le secteur des métiers de la bouche reprend progressivement au Maroc, après des mois de cessation du fait de la crise sanitaire. Mais le bilan reste mitigé, poussant les...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc va injecter 150 milliards de dirhams dans le Fonds Mohammed VI pour l’investissement

Lancé en 2020 sur instruction royale, le Fonds Mohammed VI pour l’investissement sera renforcé pour le financement de certains grands projets, selon le ministre délégué chargé de l’Investissement, de la Convergence et de l’Évaluation des Politiques...

Maroc : Le secteur de la franchise en danger de mort

La fermeture en série des franchises dans les grandes villes du Maroc inquiète Mohamed el Fane, le président de la Fédération marocaine de la franchise (FMF). Il appelle l’État à soutenir ce secteur qui se meurt.

Maroc : ménage au ministère de l’Intérieur ?

Un nouveau redéploiement s’annonce imminent au ministère de l’Intérieur avec, à la clé, la mise à la retraite de bon nombre de walis et gouverneurs et des nominations.

Maroc : un retour imminent sur le marché financier international ?

Depuis mars 2023, le Maroc n’a plus fait d’incursion sur le marché financier régional. Nadia Fettah, ministre de l’Économie et des Finances, évoque l’éventualité de son retour sur ce marché.

Dominique Strauss-Kahn a failli devenir ministre au Maroc

Le nom de Dominique Strauss-Kahn (DSK) avait été évoqué dans l’entourage du roi Mohammed VI pour remplacer Mohamed Boussaid, ministre des Finances limogé par le souverain le 1ᵉʳ aout 2018.

Maroc : vers la généralisation de la vidéosurveillance dans les villes

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a annoncé la généralisation de l’installation de systèmes de vidéosurveillance afin de renforcer la sécurité dans les villes et provinces du Maroc.

Le Maroc en croisade contre la mendicité

Malgré les efforts fournis pour l’éradiquer, la mendicité a la peau dure. Le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit sonne la mobilisation contre ce phénomène qui génère plusieurs milliards chaque année.

Capgemini a recruté cette année 2000 ingénieurs au Maroc

Le Maroc entend devenir l’une des destinations mondiales de l’ingénierie technologique. À cet effet, le gouvernement a signé, mardi, deux mémorandums d’entente avec Capgemini, entreprise internationale spécialisée dans le conseil et la transformation...

Bonne nouvelle pour les automobilistes marocains

La Direction Générale des Impôts (DGI) vient de faire une fleur aux automobilistes marocains en ce qui concerne la Taxe Spéciale Annuelle sur les Véhicules (TSAV).

Maroc : l’informel secoue les restaurants

Au Maroc, les restaurateurs ambulants disputent les parts de marché avec les restaurateurs formellement établis. Pour mettre fin à cette concurrence déloyale, les professionnels appellent à une réglementation claire pour soutenir le secteur de la...