Maroc : un quart des cafés ont fait faillite

3 mai 2021 - 15h00 - Economie - Ecrit par : S.A

Incapables de résister à la crise sanitaire liée au coronavirus, près de 25 % des cafés et restaurants ont dû fermer définitivement. L’Association nationale des cafés et restaurants au Maroc appelle le gouvernement à la rescousse.

Le secteur des cafés et de la restauration vit ses heures les plus sombres. Selon l’Association nationale des cafés et restaurants au Maroc, « près de 25 % des cafés et restaurants du pays ont été contraints de fermer définitivement leurs portes en raison de leur incapacité à suivre le rythme des décisions gouvernementales ». D’après la même association, la chute des revenus des cafés et restaurants est estimée à 60 % depuis le début de la pandémie, avec pour conséquence des licenciements à la pelle.

Face à la situation, l’association a adressé un plan de sauvetage détaillé aux membres de l’exécutif et aux parlementaires. Dans ce mémorandum, elle a expliqué que les professionnels du secteur n’ont pas été en mesure de suivre le rythme des décisions gouvernementales liées à la pandémie, dont la fermeture des cafés à des horaires précoces, l’interdiction de diffuser des matchs de football, ou encore la limitation de la capacité d’accueil à seulement 50 % de la capacité totale, et que le couvre-feu du ramadan a mis à genou des cafetiers et restaurateurs. En attendant de recevoir l’indemnité spéciale promise par le gouvernement, l’association a fait plusieurs propositions à même de sauver un secteur au bord du gouffre.

Ces propositions sont :

• Indemniser l’ensemble des salariés déclarés à la CNSS dans les plus brefs délais et ceux qui ne sont pas déclarés selon une liste élaborée par l’employeur, avec un engagement de celui-ci de les garder pour au moins 6 mois,
• Prendre en charge les cotisations mensuelles auprès de la CNSS à hauteur de 50 % depuis le début de la pandémie jusqu’à sa fin.
• Indemniser les employés qui ont perdu leur travail à hauteur de 30 % de leur salaire jusqu’à la fin de la pandémie, etc.

L’association appelle aussi à une prolongation des exemptions de pénalités et d’amendes liées à la CNSS pour une période de deux ans après la pandémie, aux aménagements quant au paiement de la contribution professionnelle unique (CPU), aux exemptions de la taxe professionnelle et de la taxe des services communaux, au non-paiement du droit complémentaire relatif à la cotisation sociale couvrant l’assurance maladie obligatoire et à une exonération des taxes sur les débits de boissons et sur l’exploitation du domaine public, au blocage de l’ensemble des jugements d’expulsion des locataires. Elle demande par ailleurs une prolongation des heures de travail jusqu’à 23 heures après le mois de Ramadan et une profonde mise à jour des lois régulant le secteur.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Faillite - Restauration - Conseil de gouvernement

Aller plus loin

À bout de souffle, les cafetiers et restaurateurs réclament leur «  plan de sauvetage  »

Depuis le début de la pandémie du coronavirus au Maroc, les revenus des cafés et restaurants ont chuté de 60 % tandis que 25 % d’entreprises du secteur ont été contraints de...

Maroc : le SOS des restaurants

À travers une lettre adressée à plusieurs instances, la Confédération Marocaine des Métiers de Bouche (CMMB) défend l’intérêt du secteur de la restauration durement touché par...

En difficulté, Delattre Levivier Maroc veut retrouver le prestige d’antan

Tombé en cessation de paiement et au cœur d’un plan de redressement judiciaire depuis 26 avril dernier, l’industriel Delattre Levivier Maroc (DLM) se dit optimiste et confiant...

Maroc : colère des restaurateurs et cafetiers

Colère et déception dans les rangs des professionnels du commerce. Face aux nombreuses défaillances et surtout à l’indifférence du gouvernement, Noureddine El Harrak, président...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’informel secoue les restaurants

Au Maroc, les restaurateurs ambulants disputent les parts de marché avec les restaurateurs formellement établis. Pour mettre fin à cette concurrence déloyale, les professionnels appellent à une réglementation claire pour soutenir le secteur de la...

Maroc : la fumée de la chicha empoisonne l’école

Touria Afif, membre du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), a interpellé le ministre de l’Intérieur et celui de l’Éducation nationale sur la prolifération des cafés à chicha à proximité des écoles au Maroc et plus...

Maroc : plus d’exonérations aux promoteurs immobiliers ?

Le conseil de gouvernement veut sonner la fin des exonérations accordées aux promoteurs immobiliers. Elles seront remplacées par des aides directes, lesquelles seront accordées aux acquéreurs.

Maroc : une bonne nouvelle pour les salariés ?

Le dialogue social entre le gouvernement, le patronat et les syndicats va se tenir en septembre. Le salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) va-t-il augmenter de 5 % dès le 1ᵉʳ septembre, conformément à l’accord signé le 30 avril 2022 ?

Nouvelle taxe pour l’hébergement chez l’habitant au Maroc

Le gouvernement marocain travaille à réglementer les hébergements alternatifs. Une nouvelle taxe pour l’hébergement chez l’habitant sera bientôt instaurée. Une manière pour lui d’encadrer le tourisme chez l’habitant.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé jusqu’au 31 décembre

Le gouvernement vient d’annoncer, une nouvelle fois, la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

Bank Al-Maghrib va aider les banques en difficulté

Suite à l’adoption par le conseil de gouvernement d’un décret, Bank Al-Maghrib (BAM) est autorisée à accorder des liquidités d’urgence aux banques ayant des problèmes de liquidités et de solvabilité. Une mesure saluée par des analystes financiers...

Maroc : pas de congé menstruel pour les femmes fonctionnaires

La proposition de loi visant à instaurer un congé menstruel, d’une durée ne dépassant pas deux jours par mois, en faveur des femmes fonctionnaires n’a pas reçu l’assentiment du gouvernement.

Cafés et restaurants au Maroc : un secteur en danger de mort ?

Face à la fermeture de nombreux cafés et restaurants, les professionnels du secteur tirent la sonnette d’alarme. Ils ont saisi Younes Sekkouri, Ministre de l’Inclusion économique, de la Petite Entreprise, de l’Emploi et des Compétences, et exigent une...

Le portefeuille des Marocains du monde aiguise des appétits

Dans son discours prononcé à l’occasion de l’anniversaire de la révolution du roi et du peuple, Mohammed VI a appelé à renforcer le cadre législatif de la diaspora marocaine. Depuis, la majorité gouvernementale se dispute le portefeuille des Marocains...