Déclin du français au Maroc : un reflet des tensions avec la France ?

9 juin 2023 - 19h40 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

L’amitié entre la France et le Maroc connait des remous depuis plusieurs mois maintenant. La raison officieuse serait la réticence de la France à reconnaître la souveraineté marocaine sur le Sahara, contrairement à l’Espagne.

En représailles, explique El Debate, le Maroc a engagé une campagne médiatique contre la France, et cherche maintenant à éradiquer l’usage du français dans la vie quotidienne marocaine, la deuxième langue la plus parlée dans le pays après l’arabe.

Traditionnellement, l’arabe et le français sont couramment utilisés dans les rues marocaines, dans les médias et même dans les écoles où l’élite marocaine est formée, écrit le journal. Mais, avec l’émergence des États-Unis comme principal allié du Maroc, une préférence pour l’anglais est désormais encouragée par le gouvernement, mettant à l’écart le français.

A lire : Le journal en anglais à la télévision marocaine

Le journal, citant un universitaire, a appelé à freiner l’«  invasion de la langue française », décriée comme un « héritage du colonialisme », affirmant que l’usage du français entrave les droits des deux langues officielles du pays, l’arabe et l’Amazigh.

Au niveau de l’État, le ministère de l’Éducation marocain, dirigé par Chakib Benmoussa, a lancé un plan ambitieux pour généraliser l’anglais dans les écoles du pays d’ici 2025. Cela contraste fortement avec la réalité quotidienne où le français est couramment utilisé, y compris dans toutes les administrations publiques.

A lire : Le Maroc abandonne peu à peu le français pour l’anglais à l’école

Le rapport 2021 du British Council révèle que 40 % des Marocains estiment que l’anglais est la langue la plus importante à apprendre, contre seulement 10 % pour le français. De même, deux tiers pensent que l’anglais surpassera le français comme langue étrangère la plus importante dans les années à venir. L’anthropologue Mohamed Sghir Janjar a affirmé qu’une tendance “irréversible” a commencé, notant que « l’anglais est arrivé sans que nous nous en rendions compte ». Cette décision d’encourager l’usage de l’anglais, dénué du poids symbolique du colonialisme, est perçue comme une mesure « anti-française » et un signe de dédain supplémentaire envers la France, l’ancien allié du Maroc en Europe.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Amazigh - Education - Chakib Benmoussa - Ministère de l’Education nationale

Aller plus loin

Le Maroc abandonne peu à peu le français pour l’anglais à l’école

Les matières scientifiques au Maroc seront désormais enseignées en anglais, a annoncé le ministère de l’Éducation. Cette réforme doit entrer en vigueur d’ici deux ans.

Le journal en anglais à la télévision marocaine

Le Maroc manifeste un intérêt grandissant pour l’anglais. Il entend diffuser des informations dans cette langue qui est la plus parlée dans le monde, avec un total de plus de...

France - Maroc : la crise atteint le monde économique

Le froid diplomatique entre la France et le Maroc gagne désormais le terrain économique. Geoffroy Roux de Bézieux, chef de l’organisation patronale française (Medef), a été...

Maroc : l’enseignement de l’anglais au collège généralisé

L’enseignement de l’anglais sera généralisé dans les collèges au Maroc dès la rentrée scolaire 2023-2024, a annoncé dans une note Chakib Benmoussa, le ministre de l’Éducation...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les Marocains libres de choisir le prénom de leurs enfants, sous certaines conditions

Les officiers marocains de l’état civil sont à présent dans l’obligation d’accepter temporairement les prénoms déclarés, y compris ceux en contradiction avec la loi, contrairement aux pratiques antérieures, selon un décret qui vient d’être publié.

Mohammed VI nomme les membres du Conseil Supérieur de l’Éducation

Le roi Mohammed VI a procédé mercredi à la nomination des membres du Conseil Supérieur de l’Éducation, de la Formation et de la Recherche Scientifique (CSEFES). Cet organe composé de 20 membres a pour objectif de définir les politiques publiques dans...

Maroc : augmentation des salaires des enseignants-chercheurs avant fin 2022

Le chef du gouvernement a fait part de son intention d’augmenter les salaires des enseignants-chercheurs avant la fin de 2022, et de signer un accord avec le syndicat avant la fin de l’année. Cette décision a été prise lors d’une réunion entre Aziz...

Maroc : appel à déclarer férié le jour du Nouvel an amazigh

Quelque 45 ONG marocaines et de la diaspora demandent au roi Mohammed VI de déclarer férié le « Yennayer » ou Nouvel an amazigh, célébré le 13 janvier de chaque année.

Maroc : les écoles privées veulent augmenter les frais de scolarité

Les écoles privées au Maroc menacent d’augmenter les frais de scolarité d’environ 5 %, ce qui leur permettra de récupérer le montant de l’Impôt sur le revenu (IR) pour les enseignants vacataires, qui est passé de 17 à 30 % depuis le 1ᵉʳ janvier de...

Maroc : voici le calendrier scolaire et des examens

Le calendrier de l’année scolaire 2022-2023 pour l’enseignement primaire, collégial, secondaire et le brevet de technicien supérieur (BTS) a été publié, par le ministère en charge de l’Éducation. En voici le détail.

Maroc : l’Amazigh reconnue officiellement comme une langue de travail

Les autorités marocaines ont procédé mardi au lancement officiel des procédures qui vont permettre l’intégration de l’Amazigh dans les administrations publiques. La cérémonie a été présidée par le chef du gouvernement Aziz Akhannouch.

Maroc : la fumée de la chicha empoisonne l’école

Touria Afif, membre du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), a interpellé le ministre de l’Intérieur et celui de l’Éducation nationale sur la prolifération des cafés à chicha à proximité des écoles au Maroc et plus...

L’enseignement de la langue amazighe généralisé dans les écoles marocaines

Le ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports vient d’annoncer son plan de généralisation de l’enseignement de la langue amazighe dans tous les établissements du primaire d’ici à l’année 2029-2030.

Maîtrise de l’anglais : le Maroc à la traîne

Alors que les Marocains délaissent de plus en plus le français pour l’anglais, le Maroc est encore à la traîne quant à la maitrise de langue de Shakespeare.