Les familles marocaines sous la menace d’expulsion à Melilla

29 juillet 2021 - 15h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

Les familles marocaines en situation irrégulière à Melilla qui engagent des procédures administratives pour obtenir la carte d’identité pour leurs enfants mineurs ou demander leur scolarisation, risquent l’expulsion.

Deux familles marocaines résidant à Melilla risquent d’être expulsées vers le Maroc après un long parcours du combattant pour faire inscrire leurs enfants à l’école. Le même sort est réservé à plusieurs mères d’origine étrangère résidant à Valence qui ont mené les démarches pour obtenir les cartes d’identité à leurs enfants espagnols, fait savoir El Pais.

À lire : L’Espagne accélère les expulsions des migrants marocains

« Cette pratique constitue une violation des principes d’égalité et de sécurité juridique et viole le statut de la victime », estime le Médiateur, Francisco Fernández Marugán. Selon lui, cette manière de procéder est « injuste et préjudiciable » et pourrait avoir « un effet dissuasif » sur d’autres familles se trouvant dans une situation similaire.

Ceuta et Melilla sont les seuls territoires d’Espagne où les familles doivent présenter d’autres documents attestant de la résidence effective avant de bénéficier de l’assurance maladie ou de scolariser leurs enfants. « Il y a des familles qui luttent depuis des années pour la scolarisation de leurs enfants. Une fois qu’elles certifient (la résidence), on les convoque au poste de police, elles se présentent de bonne volonté et on enclenche la procédure pour leur expulsion. C’est une vengeance absolue infligée aux personnes les plus vulnérables », dénonce José Luis Candela, avocat spécialisé.

À lire : L’Espagne a commencé l’expulsion des immigrants illégaux marocains

Selon Jose Palazón, fondateur de l’Association pour les droits de l’enfant (Prodein) à Melilla, la situation des enfants nés à Melilla et qui sont empêchés d’aller à l’école constitue une violation des droits fondamentaux des mineurs, comme l’avait souligné à l’Espagne le Comité des droits de l’enfant des Nations unies. Aussi, l’expulsion en l’espèce, est doublée d’une interdiction d’entrée sur le territoire espagnol sur une période ne dépassant pas cinq ans, ce qui affecte sérieusement les familles résidant à Melilla, ville frontalière avec la ville de Nador.

Sujets associés : Espagne - Droits et Justice - Famille - Melilla - Expulsion - Education - Enfant

Aller plus loin

De hauts responsables expulsés de leurs villas à Harhoura

Une nouvelle opération d’expulsion d’anciens ambassadeurs et de hauts responsables de villas appartenant à autrui, a eu lieu la semaine dernière à Harhoura, près de Rabat.

L’Espagne commence l’expulsion de Marocains

Le gouvernement espagnol expulse des centaines d’immigrants des îles Canaries vers le Maroc. Presque tous les jours depuis trois semaines, 20 passagers au moins sont rapatriés...

Le gouvernement espagnol sous le feu des critiques après l’expulsion de mineurs marocains

José Luis Martinez-Almeida, maire de Madrid et porte-parole du Parti populaire (PP) espagnol a réagi à l’expulsion des mineurs de Sebta. Dans son viseur, le président du...

L’Espagne accélère les expulsions des migrants marocains

L’expulsion des Marocains des Îles Canaries connaissent une augmentation ces derniers mois. L’Espagne renvoie près de 100 migrants marocains chaque semaine vers leurs pays...

Ces articles devraient vous intéresser :

Des Marocains à la rue : la détresse d’une famille en Espagne

Un couple marocain et ses trois filles mineures âgées de 12, 8 et 5 ans sont arrivés clandestinement à Pampelune en provenance du Maroc il y a un mois, cachés dans une remorque chargée de légumes. Sans ressources ni aide, ils sont à la rue depuis...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

La France expulse au Maroc le Gilet jaune Abdel Zahiri

L’activiste Abdel Zahiri a été expulsé de France la nuit dernière suite à une obligation de quitter le territoire. D’origine marocaine, il était connu pour son engagement dans le mouvement des Gilets jaunes.

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Grosse amende pour Maroc Telecom

L’Agence nationale de règlementation des télécommunications (ANRT) a récemment notifié à Maroc Telecom une nouvelle sanction en lien avec l’affaire de dégroupage dans laquelle elle a été condamnée en 2020. Elle va devoir payer 2,45 milliards de...

Maroc : l’État «  adopte  » les enfants devenus orphelins après le séisme

Le Maroc va procéder au recensement de tous les enfants devenus orphelins après le séisme du 8 septembre et leur accorder le statut de « pupille de la nation ».

Maroc : les gifles toujours présentes à l’école

Une récente enquête du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS) lève le voile sur la persistance de pratiques de punitions violentes dans les établissements scolaires marocains.

Le mariage des mineurs diminue au Maroc

Après une hausse en 2021, le nombre de mariage de mineurs a diminué l’année dernière. Cela représente certes une note positive, mais il y a encore du chemin à faire pour en finir avec cette pratique.

Un nouveau campus pour 2000 étudiants à Rabat

Le Groupe OCP a annoncé avoir obtenu le soutien de l’Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA), organisme du groupe de la Banque mondiale, pour la garantie des prêts finançant un nouveau campus UM6P à Rabat.

Le mariage des enfants légalisé au Maroc ? une photo sème le doute

La publication d’une image montrant des fillettes prétendues marocaines en robe de mariage tenues par la main par des hommes âgés est devenue virale sur les réseaux sociaux. Certains affirment que cela s’est produit au Maroc. Qu’en est-il vraiment ?