France : les élèves en abayas et qamis inquiètent l’Education nationale

13 octobre 2022 - 16h40 - France - Ecrit par : G.A

Depuis le début de l’année scolaire en France, il y a une « augmentation des faits d’atteinte au principe de laïcité » dans les écoles, collèges et lycées, notamment pour « port de signes et tenues religieux ».

Selon le ministre de l’Éducation Pap Ndiaye, il s’agit essentiellement du « port de vêtements ou d’accessoires de nature religieuse », tels que les abayas (robes amples et longues arrivant sous les chevilles) et les qamis (vêtement long pour les hommes), dans les écoles, collèges et lycées. Les données dont il dispose font état de 313 faits d’atteinte à la laïcité signalés depuis septembre contre 904 sur le trimestre avril-juillet, et 635 entre décembre et mars. « 82 % des personnes concernées pour ces faits sont des élèves, et 8 % sont des personnels de l’Éducation nationale et 5 % des parents d’élèves », rapporte BFMTV.

À lire : Voile à l’école : génération TikTok

Il y a également les publications sur les réseaux sociaux tels que Twitter et Tiktok, de courtes vidéos encourageant le port de signes religieux qui enveniment davantage la situation. Pap Ndiaye déplore ces « conseils que certains influenceurs mal intentionnés donnent aux adolescents pour déjouer la loi », en utilisant certains vêtements sans connotation religieuse pour se couvrir. Mais « la République est plus forte que TikTok », a prévenu le ministre.

À lire : France : plus de la moitié des élèves pour le port des signes religieux au lycée

Pour certaines lycéennes interrogées par BFMTV, le port des abayas n’a rien de religieux. « Le port de l’abaya ne se rapporte pas à la religion mais s’apparente plutôt à la tradition, ou à l’envie réelle de mettre des vêtements couvrants », expliquent certaines d’entre elles. Elles se réjouissent que le lycée les laisse porter ces vêtements qui n’étaient pas autorisés l’année dernière.« J’ai toujours été plus à l’aise couverte que dénudée », explique une autre. « Cela n’a rien de religieux, moi je préfère une personne avec des abayas qu’une personne qui va mettre des crop-top ou des minis-shorts », déclare une autre lycéenne.

À lire : France : une mission sur les actes antireligieux

Pour le personnel administratif, difficile de savoir ce qui est vêtement religieux ou non. « Comment voulez-vous que même les jeunes s’y retrouvent, savoir que dans tel lycée ce n’est pas permis, et que dans tel autre à 100 mètres c’est autorisé », s’interroge Marianne Dodinet, du syndicat indépendance et direction FO, proviseure de lycée à Paris. « C’est cela la difficulté, on ne peut pas laisser à l’appréciation locale le fait de choisir : c’est une tenue religieuse interdite ou ce n’est pas une tenue religieuse ? », interroge-t-elle.

À lire : Port du voile : la France a violé les droits de l’homme

Sur la question, le ministre Pap Ndiaye relève quelques nuances. « La loi est parfaitement claire. Il y a des signes religieux qui le sont par nature : un voile, une kippa ou une grosse croix. Et puis, il y a les signes religieux par destination, qui peuvent le devenir par une intention que leur prête leur auteur […] C’est pourquoi les chefs d’établissement doivent regarder précisément les signes ostensibles ».

Sujets associés : France - Religion - Education - Islam

Aller plus loin

Élève exclue pour port d’abaya : un père en garde à vue

Visé par une plainte, le père d’une élève en abaya du lycée Ambroise-Brugière à Clermont-Ferrand, a été arrêté puis placé en garde à vue.

France : le Conseil d’État confirme l’interdiction de l’abaya à l’école

Le Conseil d’État français vient de rejeter un référé-suspension de la circulaire du ministère de l’Éducation nationale interdisant le port de l’abaya à l’école dès cette...

Et l’Abaya est aussi interdite au Maroc

La décision du ministre français de l’Éducation nationale, Gabriel Attal relative à l’interdiction du port de l’abaya dans les écoles et les lycées qui suscite la polémique et...

Gabriel Attal : « Je ne suis pas contre l’islam »

Le ministre français de l’Éducation, Gabriel Attal, dit être un ardent défenseur de la laïcité à l’école et n’entend tolérer aucune violation de ce principe.

Ces articles devraient vous intéresser :

La date de l’Aïd al Fitr au Maroc connue

L’observation de la nouvelle lune du mois de Chaoual 2023/1444 commencera ce jeudi 20 avril 2023, mais il semble que la plupart des pays arabes ne pourront pas observer le croissant à l’œil nu. C’est du moins ce que prévoit Hassan Talibi, astronome et...

Écoles françaises au Maroc : polémique sur l’homosexualité

Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports, s’est exprimé sur l’adoption par des institutions éducatives étrangères au Maroc de programmes promouvant l’homosexualité.

Les écoles françaises au Maroc contraintes d’autoriser le voile ?

Sous la pression, les écoles de la Mission française au Maroc ont finalement dû adopter une nouvelle politique : le voile, auparavant strictement interdit, est désormais autorisé pour les étudiantes.

Voici la date de l’Aïd el-Fitr en France

Débuté le 23 mars 2023, le mois du ramadan touche progressivement à sa fin. Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a annoncé vendredi 14 avril la date de l’Aïd al-Fitr marquant la fin de la période de jeûne.

Le stade de Chelsea accueille un « Open Iftar »

Après l’équipe de Blackburn, un club de D2 anglaise, qui avait ouvert ses portes en 2022, pour accueillir la prière de l’Aid Al Fitr pendant le ramadan, c’est au tour de Chelsea, le club de l’international marocain Hakim Ziyech, d’offrir une...

Maroc : voici le montant de la zakat al fitr

Le montant de la zakat Al Fitr vient d’être annoncé par les autorités religieuses marocaines, et plus précisément par le Conseil supérieur des oulémas (CSO).

Une prière musulmane à l’aéroport de Roissy fait polémique

Augustin de Romanet, PDG d’ADP a réagi à une prière collective réunissant une trentaine de musulmans dimanche 5 novembre dans une salle d’embarquement de l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle, et qui a soulevé de vives polémiques.

L’enseignement de la langue amazighe généralisé dans les écoles marocaines

Le ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports vient d’annoncer son plan de généralisation de l’enseignement de la langue amazighe dans tous les établissements du primaire d’ici à l’année 2029-2030.

Ramadan : point sur la délégation d’accompagnement religieux des MRE

Le nombre de personnes composant la délégation chargée de l’accompagnement religieux des Marocains résidant à l’étranger en ce mois de ramadan est connu.

Vacances scolaires : alerte d’Autoroute du Maroc

La Société Nationale des Autoroutes du Maroc (ADM) a recommandé aux usagers de se renseigner sur l’état du trafic à l’occasion des vacances scolaires qui débutent ce week-end.