Maroc : de nouveaux moyens pour lutter contre le blanchiment d’argent

9 janvier 2022 - 11h20 - Maroc - Ecrit par : A.P

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Les attributions de l’Autorité nationale du renseignement financier (ANRF) ont été renforcées pour lui permettre de mener à bien sa mission en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme.

Créée pour suppléer l’Unité du traitement du renseignement financier (UTRF) qui existait depuis 2009, l’ANRF a pour mission essentielle d’analyser et de transmettre aux autorités administratives et judiciaires, à leur demande ou de sa propre initiative, les informations sur les infractions de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme.

Selon la loi 12-18 modifiant et complétant la loi 43-05 relative à la lutte contre le blanchiment d’argent, elle est l’organe central dans le dispositif national de lutte contre le blanchiment d’argent. À ce titre, elle doit assurer une coordination nationale entre les ministères, les institutions publiques et les personnes morales de droit public ou privé en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

À lire : Blanchiment d’argent : le Maroc durcit son arsenal juridique

L’ANRF doit aussi veiller au respect des dispositions légales en matière de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme, par les personnes assujetties, et leur adresser des recommandations ou orientations générales. Selon le rapport annuel de la présidence du ministère public, l’ANRF a déjà reçu 28 demandes d’informations et transmis 71 dossiers suspects en matière de blanchiment de capitaux au procureur du roi près le tribunal de première instance de Rabat.

À lire : Au Maroc, la lutte contre le blanchiment des capitaux se renforce

Les tribunaux de première instance de Marrakech, Casablanca et Fès sont également compétents pour connaître des dossiers d’infractions de blanchiment de capitaux. Par ailleurs, en plus des représentants des ministères de la Justice, des Finances et de l’Intérieur, ceux des ministères des Affaires étrangères et de l’Administration de la défense, de Bank Al-Maghrib, de la présidence du ministère public, de l’AMCC, de l’ACAPS, de la DGED, de la DGSN, de la DGST, de l’Office des changes, de la DGI et de l’état-major de la Gendarmerie royale siègent désormais au Conseil de l’ANRF.

Sujets associés : Blanchiment d’argent - Droits et Justice

Suivez Bladi.net sur Google News

Aller plus loin

Un atelier international sur la lutte contre le blanchiment d’argent au Maroc

Marrakech accueille un atelier international sur le blanchiment d’argent, qui a pour objectif d’examiner les meilleures stratégies de lutte contre ce fléau au sein des pays...

Maroc : de l’or pour blanchir l’argent ...

L’arrestation d’un bijoutier pour émission de chèques sans provision a conduit les enquêteurs sur la piste d’un réseau criminel. Il serait actif dans le blanchiment d’argent issu de...

Financement du terrorisme : comment le Maroc cherche à tarir les sources ?

Afin de réduire le risque de financement du terrorisme, le ministère de l’Intérieur a publié un guide destiné aux associations qui sont des cibles vulnérables. Une manière pour le...

Le Maroc muscle son arsenal juridique contre le blanchiment d’argent

Le Maroc vient de relever un grand défi, celui de rendre son arsenal juridique conforme aux recommandations présentées par le Groupe d’action financière (GAFI), et aux normes qui...

Nous vous recommandons

Blanchiment d’argent

Comment les trafiquants drogue blanchissent l’argent grâce aux « Sarafs »

La commissaire divisionnaire, Anne-Sophie Coulbois, cheffe de l’Office central de répression de la grande délinquance financière (OCRGDF) affirme que les trafiquants ont recours aux banquiers occultes, notamment les «  sarafs  » qui vivent au Maroc pour...

Marrakech, paradis du blanchiment d’argent ? La police enquête

La brigade financière de la sûreté régionale de Marrakech mène une enquête sur une gigantesque affaire de blanchiment d’importantes sommes d’argent. Un réseau actif dans la ville blanchirait de l’argent de la drogue dans...

Comment des trafiquants ont blanchi des millions d’euros au Maroc

Le procès des membres du réseau de blanchiment d’argent franco-serbe qui envoyaient de l’argent au Maroc et dans d’autres pays s’est ouvert à Rennes mercredi dernier et se poursuit jusqu’au jeudi 18 février. Les prévenus encourent des peines pouvant aller...

Sebta : les jeux de paris génèrent du blanchiment d’argent au Maroc

Les jeux d’argent en ligne ne sont pas réglementés à Sebta, ce qui fait de la ville autonome l’une des destinations préférées des sociétés pour proposer cette offre, mais surtout pour faire du blanchiment d’argent au...

Maroc : de l’or pour blanchir l’argent ...

L’arrestation d’un bijoutier pour émission de chèques sans provision a conduit les enquêteurs sur la piste d’un réseau criminel. Il serait actif dans le blanchiment d’argent issu de la contrebande de l’or en provenance de la...

Droits et Justice

Les Émirats rejettent l’extradition de Nordin El Hajjioui vers la Belgique

Un tribunal des Émirats arabes unis a rejeté les demandes d’extradition du Belge d’origine marocaine Nordin El Hajjioui alias « Dikke Nordin van den Dam », l’un des hommes les plus recherchés en Belgique qui figure dans le top 50...

Maroc : un imam appelant à se rebeller condamné

Accusé d’avoir incité ses pairs à manifester, l’imam Saïd Abou Ali, en détention, a vu sa peine réduite en appel à trois mois de prison ferme.

Belgique : un professeur de religion islamique réhabilité après cinq ans de licenciement

Licencié sans préavis pour faute grave en 2017, le professeur de religion islamique, Hicham Abdel Gawadle peut à nouveau exercer son métier. Le conseil d’État vient d’annuler la décision prise il y a cinq...

Rouen : peine confirmée pour le restaurateur marocain accusé « d’escalavage moderne »

La cour d’appel de Rouen (Seine-Maritime) a condamné lundi 16 janvier le restaurateur marocain que cinq de ses anciens employés aussi de nationalité marocaine ont accusé de traite d’êtres humains à un an de prison, confirmant ainsi le jugement rendu en...

Casablanca : un « malade mental » arrêté pour le meurtre d’une fillette

Un homme présentant visiblement des signes de troubles mentaux a été arrêté par la police à Casablanca. Âgé d’une quarantaine d’années, il est soupçonné d’avoir tué à l’aide d’une arme blanche une fillette de 6...