Maroc : de nouveaux moyens pour lutter contre le blanchiment d’argent

9 janvier 2022 - 11h20 - Maroc - Ecrit par : P. A

Les attributions de l’Autorité nationale du renseignement financier (ANRF) ont été renforcées pour lui permettre de mener à bien sa mission en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme.

Créée pour suppléer l’Unité du traitement du renseignement financier (UTRF) qui existait depuis 2009, l’ANRF a pour mission essentielle d’analyser et de transmettre aux autorités administratives et judiciaires, à leur demande ou de sa propre initiative, les informations sur les infractions de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme.

Selon la loi 12-18 modifiant et complétant la loi 43-05 relative à la lutte contre le blanchiment d’argent, elle est l’organe central dans le dispositif national de lutte contre le blanchiment d’argent. À ce titre, elle doit assurer une coordination nationale entre les ministères, les institutions publiques et les personnes morales de droit public ou privé en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

À lire : Blanchiment d’argent : le Maroc durcit son arsenal juridique

L’ANRF doit aussi veiller au respect des dispositions légales en matière de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme, par les personnes assujetties, et leur adresser des recommandations ou orientations générales. Selon le rapport annuel de la présidence du ministère public, l’ANRF a déjà reçu 28 demandes d’informations et transmis 71 dossiers suspects en matière de blanchiment de capitaux au procureur du roi près le tribunal de première instance de Rabat.

À lire : Au Maroc, la lutte contre le blanchiment des capitaux se renforce

Les tribunaux de première instance de Marrakech, Casablanca et Fès sont également compétents pour connaître des dossiers d’infractions de blanchiment de capitaux. Par ailleurs, en plus des représentants des ministères de la Justice, des Finances et de l’Intérieur, ceux des ministères des Affaires étrangères et de l’Administration de la défense, de Bank Al-Maghrib, de la présidence du ministère public, de l’AMCC, de l’ACAPS, de la DGED, de la DGSN, de la DGST, de l’Office des changes, de la DGI et de l’état-major de la Gendarmerie royale siègent désormais au Conseil de l’ANRF.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Blanchiment d’argent

Aller plus loin

Maroc : de l’or pour blanchir l’argent ...

L’arrestation d’un bijoutier pour émission de chèques sans provision a conduit les enquêteurs sur la piste d’un réseau criminel. Il serait actif dans le blanchiment d’argent...

Un atelier international sur la lutte contre le blanchiment d’argent au Maroc

Marrakech accueille un atelier international sur le blanchiment d’argent, qui a pour objectif d’examiner les meilleures stratégies de lutte contre ce fléau au sein des pays...

Maroc : la loi sur le blanchiment d’argent bientôt votée

Le projet de la loi en cours d’étude sur le blanchiment d’argent a été adopté dans la nuit du lundi par les députés membres de la commission de la justice à la Chambre des...

Le Maroc muscle son arsenal juridique contre le blanchiment d’argent

Le Maroc vient de relever un grand défi, celui de rendre son arsenal juridique conforme aux recommandations présentées par le Groupe d’action financière (GAFI), et aux normes...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Blanchiment d’argent : des notaires, avocats et adouls marocains sanctionnés

Des campagnes d’inspection et de contrôle menées par un comité spécial du ministère de la Justice ont révélé l’implication de notaires, d’avocats et d’adouls dans des réseaux de blanchiment d’argent.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Un MRE impliqué dans une vaste affaire de blanchiment d’argent

Aidée par l’Autorité Nationale du Renseignement Financier (ANRF), une banque a réussi à démasquer un blanchiment d’argent à la suite d’un virement depuis l’île de Nauru, un paradis fiscal très réputé situé dans le Pacifique. Le bénéficiaire est un...

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Immobilier au Maroc : les notaires contrôleront la provenance de l’argent

Les notaires marocains ont décidé de prendre une part active dans la lutte contre le blanchiment d’argent dans l’immobilier.