Maroc : un scandale de corruption touche l’USFP

23 mai 2023 - 14h40 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le parlementaire de l’Union socialiste des forces populaire (USFP) représentant la circonscription de Nador sera bientôt jugé pour corruption. Il comparaîtra devant la Chambre chargée des crimes financiers près la Cour d’appel de Fès aux côtés de son fils et d’autres accusés.

Corruption, falsification de documents officiels, délivrance indue d’autorisations et de certificats administratifs, abus de pouvoir, construction de lotissements sans autorisation ni permis de construire sur des domaines publics, etc. Tels sont les chefs d’accusations retenus contre le parlementaire socialiste de la circonscription de Nador, son fils, président d’une commune, et deux de ses adjoints, ainsi qu’un fonctionnaire, un technicien et un agriculteur, fait savoir le quotidien arabophone Al Ahdath Al Maghribia. Ils sont tous poursuivis en état de liberté provisoire après avoir déposé des cautions allant de 100 000 à 250 000 dirhams. Après un report, l’audience est prévue le 6 juin prochain. Sont attendus à la barre les accusés qui ne se sont pas présentés devant le tribunal. Ils doivent répondre aux requêtes de la partie civile et de l’agent judiciaire du royaume.

À lire : Corruption au Maroc : arrestation d’un ex-ministre, un avertissement pour les responsables ?

Tout est parti des investigations effectuées par la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) et entamées le 31 octobre 2021. Il en ressort des irrégularités dans la gestion de la commune présidée par le fils du parlementaire, concernant notamment le domaine de l’urbanisme. Ces dysfonctionnements ont fait l’objet de plusieurs rapports effectués par l’inspection générale de l’administration territoriale relevant du ministère de l’Intérieur, fait-on savoir.

Sujets associés : Nador - Fès - Corruption - Union Socialiste des Forces Populaires (USFP)

Aller plus loin

Marrakech : un élu local tombe pour corruption

Accusé d’avoir reçu un pot-de-vin de 5 000 dirhams, le chef de la commune de Harbil, membre du parti de l’Union constitutionnelle, a été arrêté par les éléments de la...

Affaire d’escroquerie et de corruption : un avocat condamné à cinq ans de prison à Rabat

La cour d’appel de Rabat vient de condamner un avocat impliqué dans une affaire d’escroquerie et de corruption, à une peine de cinq ans de prison, assortie d’une lourde amende.

Maroc : deux élus locaux condamnés pour corruption

Poursuivis pour corruption par le tribunal de première instance de Kenitra, le président de la commune de Sidi Taïbi et son adjoint ont été condamnés chacun à trois ans et demi...

Corruption au Maroc : arrestation d’un ex-ministre, un avertissement pour les responsables ?

Après l’arrestation jeudi de Mohamed Moubdii, député du Mouvement populaire (MP) et ancien ministre, pour des crimes financiers présumés, des voix s’élèvent pour appeler le...

Ces articles devraient vous intéresser :

Hafid Derradji accuse la CAF de corruption à cause du Maroc

Le commentateur sportif algérien de beIN Sports, Hafid Derradji, affirme que la Confédération africaine de football (CAF) a attribué l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2025 au Maroc et n’hésite pas à accuser l’organisation de...

L’Europe cherche à punir le Maroc

L’éclatement du scandale de corruption au Parlement européen doublé d’une résolution relevant la détérioration des droits de l’Homme est à l’origine des nouvelles tensions entre le Maroc et l’Europe. Cette dernière cherche-t-elle à punir le royaume ?

Le parti USFP va-t-il rejoindre l’équipe d’Akhannouch ?

Depuis quelques jours, des informations font état de la préparation d’un remaniement du gouvernement. L’Union socialiste des forces populaires (USFP) sera-t-elle la quatrième formation politique à rejoindre l’équipe d’Akhannouch ?

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.

Corruption au Maroc : arrestation d’un ex-ministre, un avertissement pour les responsables ?

Après l’arrestation jeudi de Mohamed Moubdii, député du Mouvement populaire (MP) et ancien ministre, pour des crimes financiers présumés, des voix s’élèvent pour appeler le gouvernement marocain à renforcer sa lutte contre la corruption et...

Les députés marocains s’intéressent aux autoroutes

Une mission d’information dédiée aux autoroutes devrait être bientôt créée. Les groupes de la majorité et l’Union socialiste des forces populaires (USFP) n’attendent que le feu vert du bureau de la Chambre des représentants.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Maroc : 217 personnes interpellées grâce à la ligne téléphonique anti-corruption

Lancée il y a trois ans, la ligne téléphonique anti-corruption du Ministère public reçoit plus de 100 appels par jour, selon Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’Administration.

Corruption au Maroc : Les chiffres alarmants

La lutte contre la corruption ne produit pas de résultats encourageants au Maroc qui est mal logé dans les classements mondiaux depuis quatre ans.

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.