Pegasus : nouveau revers pour le Maroc devant la justice française

13 avril 2023 - 14h50 - France - Ecrit par : P. A

La justice française a rejeté mercredi la plainte pour diffamation du Maroc contre plusieurs médias français ayant révélé l’espionnage par certains pays dont le Maroc à l’aide de Pegasus, le logiciel d’espionnage développé par la société israélienne NSO.

La cour d’appel de Paris a confirmé la décision du tribunal première instance qui avait prononcé l’irrecevabilité des plaintes du Maroc dans l’affaire Pegasus, ont indiqué des sources judiciaires à EFE. Les autorités marocaines demandaient de faire condamner pour diffamation des médias français (Le Monde, Radio France, France Média Monde, Médiapart, L’Humanité) réunis au sein du consortium Forbidden Stories, et Amnesty International, pour l’avoir cité dans leur enquête sur Pegasus publiée en 2021.

À lire : Maroc-France : les relations tendues depuis l’affaire Pegasus

Selon l’enquête, le Maroc, client de NSO, la société israélienne qui a développé Pegasus, aurait utilisé ce logiciel pour espionner plusieurs personnalités dont le président français Emmanuel Macron et des membres de son gouvernement, ainsi que des journalistes et membres de la société civile. Le royaume a nié ces accusations et demandé aux médias et Amnesty International d’apporter la preuve de leurs allégations. Ne voyant pas de réaction de leur part, il a lancé une série de procédures judiciaires pour diffamation en France, en Espagne et en Allemagne contre les auteurs de publications sur ce sujet.

À lire : Plainte contre Ignacio Cembrero : la justice espagnole déboute le Maroc

Cette « affaire Pegasus » a refroidi les relations entre la France et le Maroc, déjà tendues par la position mitigée de la France sur la question du Sahara et le rapprochement de Paris avec l’Algérie. En février, le roi Mohammed VI a rappelé son ambassadeur en France et le poste est resté vacant jusque-là. Le président Macron est attendu au Maroc, mais pour l’instant, aucune date n’a encore été annoncée. Malgré tout, les autorités françaises continuent de qualifier les relations avec le Maroc d’« exceptionnelles ». Au Maroc, les choses sont plus claires. Les relations avec la France ne sont « ni bonnes, ni amicales ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Droits et Justice - Espionnage - Emmanuel Macron

Aller plus loin

Les relations entre la France et le Maroc ne sont pas « bonnes » selon une source marocaine

Le président français, Emmanuel Macron, a déclaré le 27 février entretenir des relations « amicales » et « bonnes » avec le Maroc. Une affirmation démentie par une source...

« Emmanuel Macron a manqué de respect envers Mohammed VI »

Invité mercredi dans l’émission « Conversations avec Anne Cabana » diffusée sur i24news, l’écrivain Tahar Ben Jelloun, abordant la crise entre le Maroc et la France, a déclaré...

Plainte contre Ignacio Cembrero : la justice espagnole déboute le Maroc

Le tribunal de première instance de Madrid a rejeté la plainte pour diffamation du Maroc contre le journaliste Ignacio Cembrero qui accusait le royaume de l’avoir espionné avec...

Maroc-France : les relations tendues depuis l’affaire Pegasus

Les relations entre le Maroc et la France sont restées tendues depuis que celle-ci a accusé Rabat d’avoir espionné à l’aide du logiciel israélien Pegasus, plusieurs...

Ces articles devraient vous intéresser :

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Le kickboxeur marocain Mohammed Jaraya arrêté par la police

Le kickboxeur néerlandais d’origine marocaine, Mohammed Jaraya, risque gros. Il vient d’être arrêté par la police et les accusations à son encontre pourraient mettre définitivement fin à une carrière pourtant prometteuse.

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.

Tarik Tissoudali condamné

Décidément, la semaine est décidément noire pour Tarik Tissoudali. Après s’être attiré les foudres de son club, La Gantoise, pour des critiques acerbes suite à la défaite contre le Standard, l’attaquant de 30 ans a été condamné vendredi par le tribunal...

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.