Recherche

Actualités : Ramed

Voici une sélection d'articles en rapport avec le thème : Ramed
3 février 2009

Santé publique : un patient coûte, en moyenne, 1367 Dh à l’Etat

La santé n’a pas de prix, mais elle a un coût. Les hôpitaux publics reçoivent annuellement six millions de patients et le budget de fonctionnement de la Santé (ministère et hôpitaux publics) sera, en 2009, de 8,2 milliards de DH en frais de fonctionnement. En moyenne, donc, chaque patient coûtera à l’Etat 1367 DH, sachant que ce chiffre procédant d’un simple calcul arithmétique peut varier fortement à la hausse ou à la baisse selon la nature de la consultation et les soins prodigués.
24 avril 2008

Réforme hospitalière, Baddou ne veut pas céder

« Nos femmes accouchent comme des bêtes dans les CHU ». Yasmina Baddou ne mâche pas ses mots quand elle parle de la situation dans les services de maternité publics. Elle se dit même choquée par les « conditions inhumaines » des services d'accouchement dans les CHU.
20 avril 2008

Les 10 commandements de Yasmina Baddou

Prise dans un tourbillon de grèves et de contestations, coincée entre les revendications légitimes et la surenchère politicienne, la ministre de la Santé, Yasmina Baddou, peine à imposer le nouveau souffle tant espéré. La Joconde de l'Istiqlal cèdera-t-elle aux sirènes de la realpolitik ? Réussira-t-elle les dix travaux, quasi herculéens, que comporte son cahier des charges ?
2 avril 2008

Comment les riches profitent de l’aide aux pauvres

Meilleur ciblage des subventions. Voilà une expression qui fait recette depuis quelques mois, la flambée des prix et la cherté de la vie aidant ! Le gouvernement, et particulièrement les ministères en confrontation directe avec la problématique des prix (finances, affaires économiques et générales), parlent depuis quelques mois de réformer le système des aides et celui des subventions accordées via la Caisse de compensation. Comment faire ? On ne sait pas encore mais le principe de base retenu pour l'instant consiste à préconiser un meilleur ciblage, c'est-à-dire à faire en sorte que les montants destinés aux subventions aillent effectivement aux populations et aux ménages qui en ont réellement besoin.
11 février 2008

Classe moyenne, où es-tu ?

Exite-t-il une classe moyenne au Maroc ? A partir de quel revenu net mensuel fait-on partie des Marocains qui sont à l'abri du besoin, voire prétendre accumuler une épargne en biens ou en nature ? Le projet de ciblage des subventions qui commence à faire grand bruit, va-t-il opérer une démarcation entre les différentes couches sociales : nantis, classe moyenne et pauvres ? En tout cas, cela a le mérite de relancer la question de la classe moyenne quant à son existence, ou tout au moins son émergence. Qui en ferait partie ? Où commence et où finit-elle ? Et bien d'autres questions. Mais encore faudrait-il auparavant définir ce qu'est une classe moyenne !
2 février 2008

Fin de la première mi-temps pour Abbas El Fassi

« Contrairement aux autres, je n'ai pas bénéficié de l'état de grâce comme chaque Premier ministre. Les critiques ont démarré dès ma nomination. Mais cela a été stimulant ». C'est ainsi que Abbas El Fassi a commenté ses cents premiers jours à la tête de la Primature lors d'un dîner qu'il a offert à la presse mardi soir. A l'exception de quelques obligations de réserves avancées, particulièrement sur les conditions de formation du gouvernement, le Premier ministre a joué le jeu.
25 janvier 2008

Rapport Unicef : Les mères meurent encore en couches

Moins de grossesses, mais plus de bébés en bonne santé. En revanche, chaque année au Maroc, 1.500 femmes décèdent en donnant la vie, 200.000 accouchements se font sans l'assistance de personnel formé et 16.000 bébés meurent avant d'atteindre l'âge d'un mois.
22 janvier 2008

Banque mondiale : nouvelle feuille de route pour le Maroc

C'est un volumineux rapport de 416 pages, classé « très confidentiel », que la Banque mondiale (BM) vient de remettre à la nouvelle équipe gouvernementale. Intitulé « Des conditions propices à une croissance plus rapide et plus équitable », ce rapport comporte 18 notes de politique, dans lesquelles la Banque expose et analyse les défis que le Maroc doit relever dans les cinq prochaines années, et préconise des solutions qui sont autant de points d'appui pour le nouvel Exécutif. En même temps, ce travail est une façon pour la BM d'engager un dialogue avec le gouvernement dans le but d'ajuster sa stratégie et ses programmes, en fonction justement des observations que celui-ci apportera (ou non) sur ces notes.
15 janvier 2008

Couverture et protection sociale, un rapport national accablant

L'on comprend mieux maintenant pourquoi le Maroc recule dans les classements universels à la mesure de l'efficacité des politiques publiques sociales lorsqu'on parcourt des rapports de sources d'enquêtes crédibles comme celui qui vient d'être lancé par le mouvement associatif national et relatif aux dysfonctionnements et défaillances du système national de couverture et de protection sociale dans notre pays. Ce document émanant de l'Espace associatif conçu et réalisé par le professeur Larbi Jaïdi révèle l'étendue de la vulnérabilité sociale qui affecte le Royaume.
8 janvier 2008

Yasmina Baddou explique la réforme de la santé

La stratégie du ministère de la Santé 2008-2012, qui a été présentée devant le Conseil de gouvernement, sera bientôt exposée dans le cadre d'une rencontre nationale. La ministre de la Santé, Yasmina Baddou, dévoile les grandes lignes de cette stratégie.
14 novembre 2007

Déficit budgétaire : 3% est-il tenable ?

« Nous sommes en mesure de préserver les équilibres financiers et macroéconomiques avec un déficit budgétaire de 3%. Le différentiel entre ce chiffre et le niveau actuel de déficit (1,9%, ndlr) peut bien être affecté à l'investissement ». Le ministre de l'Economie et des Finances, Salaheddine Mezouar, s'est permis d'augmenter les dépenses d'investissement en dépit de la hausse soutenue des charges de compensation. Résultat des courses : le déficit budgétaire qui est passé de 1,9 à 3% ou 20 milliards de DH.
12 novembre 2007

Loi des Finances : C’est mal parti !

« Le passage d'un ministère des Finances vers un ministère de l'Economie et des Finances implique une nouvelle philosophie. Notre rôle sera non seulement de préserver les équilibres financiers et macroéconomiques mais aussi d'accompagner la politique économique du gouvernement ». C'est ainsi qu'a introduit Salaheddine Mezouar, ministre de L'Economie et des Finances, sa première sortie médiatique à l'occasion de la présentation du projet de loi de Finances 2008, vendredi dernier à Rabat.

Bladi.net

Bladi.net - 2021 - Mohammed VI - A Propos - Contact