Maroc : cri de détresse des transporteurs touristiques au bord du chaos

5 avril 2021 - 08h00 - Economie - Ecrit par : J.D

Au Maroc, les transporteurs touristiques n’en peuvent plus de supporter les revers imposés par la crise du coronavirus à leurs activités contraintes aux arrêts depuis plus d’un an et dont la reprise ne pointe pas à l’horizon. Par la voix de leur fédération, ils alertent sur cette situation qui occasionne des impayés, des saisies de biens et des poursuites judiciaires et proposent des mesures pour éviter l’hécatombe dans le secteur.

Donnant l’alerte, le secrétaire général de la Fédération nationale du transport touristique au Maroc (FNTT Maroc) a indiqué que le secteur sombre dans l’agonie et la situation des entreprises du transport touristique s’aggrave de jour en jour alors qu’aucun signe n’augure de la reprise très prochaine des activités.

«  En l’absence d’une réaction de la part du gouvernement, les choses risquent d’empirer  », indique Mohamed Bamansour qui alerte sur la faillite de 10 % des entrepreneurs du secteur où interviennent 1640 agences. À côté de ces quelques milliers qui opéraient avant la crise, 160 nouvelles structures ont reçu en 2020 leur agrément mais n’ont jamais pu démarrer les activités et sont fortement endettés, fait-il remarquer avec amertume.

Le secrétaire général de la FNTT Maroc signale toutefois que la majorité des professionnels continueront à subir les répercussions de cette crise 36 mois après le retour à la normale.

L’autre question qui préoccupe les professionnels du transport touristique est liée au financement. Et à ce sujet, M. Bamansour affirme que les 79 % des structures financées par les sociétés de financement n’ont pu tenir leurs engagements et sont en conséquence, harcelés par les institutions d’appuis financiers malgré le moratoire concernant le remboursement des crédits au profit des entreprises de transport touristique qui ploient sous le coup de la dette. La clause 7 du contrat programme stipule que les reports sont activés sans intérêts et sans pénalités, détaille-t-il ajoutant en outre que la fédération a reçu les réclamations de pas moins de 300 entreprises pour plus de 1400 dossiers d’emprunt.

« Le rejet de certaines demandes de report, le recours à des taux d’intérêts exorbitants pour les dossiers acceptés, menace de saisie des véhicules… Pour certains opérateurs, des poursuites judiciaires sont enclenchées par les banques et sociétés de financement pour des impayés durant cette pandémie », détaille par ailleurs Bamansour.

Face à la situation, la FNTT Maroc sollicite un arbitrage de la part de Bank Al Maghrib suite à l’échec des différentes négociations avec la GPBM et l’APSF. Au-delà de cet arbitrage, la fédération des actions urgentes pour préserver le secteur, protéger les intérêts des investisseurs et soutenir les milliers d’employés et de leurs familles.

Elle propose concrètement, un report de remboursement des crédits avec un taux unique et solidaire garantit par la CCG à l’instar des crédits « Damane Oxygène » et « Relance » qu’elle estime inadaptés à la nature de l’activité. La fédération propose également le maintien de l’indemnité forfaitaire mensuelle Covid jusqu’à la fin de la pandémie. Bamansour et ses confrères recommande aussi d’étendre l’indemnité Covid aux employés exerçant de manière saisonnière ou ayant perdu leurs emplois avant février 2020.

Parlant d’impôts, les transporteurs touristiques souhaitent la suspension de tout prélèvement ou paiement des arriérés d’impôt ou charges fiscales durant la période de l’état d’urgence sanitaire.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Tourisme - Transport en commun - Ministère de l’Economie et des Finances - Ministère de l’Equipement et du Transport - Ministère du Tourisme - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Tourisme au Maroc : comment sortir de la crise ?

Le collectif de la nouvelle génération d’entrepreneurs du Tourisme au Maroc donne de la voix. Ce nouveau collectif appelle à une action forte, urgente et efficace, afin d’éviter...

Transporteurs touristiques marocains : entre menaces de saisie des véhicules et faillite

Les sociétés marocaines de transport touristique en arrêt d’activité depuis plus de trois mois à cause de la crise sanitaire risquent la saisie de leurs véhicules et la...

Nouveau cri de détresse des professionnels du transport touristique

La Fédération nationale du transport touristique (FNTT) a lancé à nouveau un cri de détresse au gouvernement, appelant celui-ci à mettre en place des mesures pour sauver...

Maroc : le plaidoyer des transporteurs touristiques au gouvernement

À l’instar des autres acteurs du tourisme, les professionnels du transport touristique ont été fortement touchés par la crise sanitaire du coronavirus. Ils ont manifesté pour...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les autoroutes en chantier et les autoroutes à l’étude

Le ministre de l’Équipement et de l’Eau, Nizar Baraka, a annoncé une série de projets d’infrastructure visant à renforcer le réseau autoroutier national au Maroc. Ces projets devraient contribuer à améliorer la mobilité dans différentes régions du...

Bus électriques : Pari raté du Maroc ?

Alors que la mise en place d’un écosystème de production locale de bus électriques présente de nombreux avantages dont profitent certains pays, le Maroc est encore à la traîne.

Le tourisme de montagne, un potentiel inexploité au Maroc

Le tourisme de montagne au Maroc est un secteur à fort potentiel qui est inexploité, selon Nadia Fettah Alaoui, la ministre marocaine du Tourisme, de l’artisanat, du transport aérien et de l’économie sociale.

Tourisme au Maroc : très bons chiffres depuis le début de l’année

Le tourisme au Maroc affiche des chiffres exceptionnels depuis le début de l’année, d’après les données qui viennent d’être publiées par du ministère du Tourisme, de l’Artisanat et de l’Économie Sociale et Solidaire.

Tourisme : Le Maroc, victime de son succès... et d’AirBnB

Les recettes touristiques du Maroc poursuivent leur tendance à la baisse. Après une chute de 905 millions de dirhams (−10,5 %) en janvier, elles ont dégringolé de 1,06 milliard de dirhams (−6,7 %) à fin février. Pendant ce temps, les arrivées...

Le Maroc parie sur le tourisme interne

Les autorités marocaines affirment avoir mené plusieurs actions pour promouvoir et renforcer le tourisme interne en 2023.

Maroc : changement majeur chez Airbnb

La plateforme américaine Airbnb interdit désormais toutes les caméras de surveillance à l’intérieur des logements mis en location. Cette nouvelle règle entrera en vigueur en avril dans tous les pays, y compris le Maroc.

Le Maroc renforce le contrôle des locations Airbnb

En collaboration avec les ministères du Tourisme et de l’Intérieur, les services de contrôle de l’Office des changes mènent un vaste audit des transferts internationaux pour la location de résidences touristiques via la plateforme Airbnb.

Location de voitures au Maroc : Nouvelles règles plus sévères

Depuis ce lundi 15 avril, les agences de location de voitures au Maroc ont l’obligation de se conformer à un nouveau cahier des charges relatif aux conditions d’investissement dans le secteur.

Le Maroc contraint de s’adapter aux nouvelles exigences des touristes

Le gouvernement marocain s’active à renforcer les capacités des acteurs du secteur du tourisme pour suivre les tendances et les évolutions mondiales et s’adapter aux nouvelles exigences des touristes.