El Khalfi et Baha accusés d’avoir pistonné leurs familles

13 mai 2012 - 20h35 - Maroc - Ecrit par : J.L

L’épouse du ministre de la Communication Mustapha El Khalfi, et le fils d’Abdellah Baha, ministre d’État sans portefeuille, auraient été recrutés dans la fonction publique sans passer de concours, d’après des diplômés chômeurs.

Un texte de loi légué par l’exécutif d’Abbas El Fassi au gouvernement Benkirane, rend en effet impossible depuis le 31 décembre 2011, le recrutement direct dans la fonction publique.

Un texte soutenu par Abdelilah Benkirane, lequel avait d’ailleurs ouvertement critiqué la décision de l’ancien Premier ministre Abbas El Fassi, d’engager 4300 diplômés chômeurs sans concours en 2011.

Idriss Azami Al Idrissi, ministre délégué auprès du ministre de l’Économie et des Finances chargé du budget, a lui affirmé mardi sur Al Aoula qu’Abdellah Baha n’avait aucun fils dans la fonction publique.

Quant à l’épouse d’El Khalfi, elle aurait rejoint la fonction publique en 2008, a expliqué Azami, rappelant qu’à l’époque la loi sur les concours n’avait pas encore été promulguée.

Pourtant, dès la nomination du nouveau gouvernement, l’épouse du ministre de la Communication avait rejoint le cabinet de Bassima Hakkaoui, ministre PJD de la Solidarité, de la Femme, de la Famille et du Développement social.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Administration - Abbas El Fassi - Emploi - Abdelilah Benkirane - Abdelillah Benarafa - Mustapha El Khalfi - Idriss Azami Al Idrissi - Gouvernement marocain - Ministère de la Communication

Ces articles devraient vous intéresser :

Tanger Med : Un recrutement qui fait polémique

Zineb Simou, la parlementaire du parti Rassemblement national des Indépendants (RNI), a interpellé le gouvernement d’Aziz Akhannouch sur un recrutement au port de Tanger Med jugé exclusif.

Maroc : Une vague d’embauches publiques attendue en 2024

L’État marocain prévoit en 2024 la création de 30 034 postes dans les ministères et institutions publiques, révèle le Projet de loi de finances (PLF) 2024.

Cafés et restaurants au Maroc : un secteur en danger de mort ?

Face à la fermeture de nombreux cafés et restaurants, les professionnels du secteur tirent la sonnette d’alarme. Ils ont saisi Younes Sekkouri, Ministre de l’Inclusion économique, de la Petite Entreprise, de l’Emploi et des Compétences, et exigent une...

Le PJD évoque un lien entre le séisme et les péchés collectifs du Maroc

Le Parti de la Justice et du Développement (PJD) s’est exprimé sur le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre qui a endeuillé le Maroc et a lancé un appel aux Marocains. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela ne devrait...

Augmentations de salaires au Maroc : deux milliards de dirhams en jeu

​Les négociations entre le gouvernement et les syndicats sur les augmentations de salaires et la révision du régime de l’impôt sur le revenu (IR) trébuchent encore. Entre la demande des partenaires sociaux et l’offre de l’exécutif, il y a 2 milliards...

Maroc : la retraite à 65 ans ?

Alors que les députés de l’opposition rejettent le projet du gouvernement d’Aziz Akhannouch de porter l’âge de la retraite à 65 ans, Younes Sekkouri, le ministre de l’Intégration économique, de la Microentreprise, de l’Emploi et des Compétences, dément...

Jamaa Mouatassim démissionne du PJD, crise au sein de la formation islamiste

Le secrétaire général du Parti de la Justice et du développement (PJD), Jamaa Mouatassim, a démissionné vendredi du bureau du parti, après les rumeurs affirmant qu’il serait le conseiller politique d’Aziz Akhannouch, le chef du gouvernement.

Aïd al-Fitr au Maroc : jour de congé supplémentaire

Le gouvernement marocain a pris une mesure exceptionnelle en décidant d’accorder un jour de congé supplémentaire aux fonctionnaires de l’État à l’occasion de la fête de l’Aïd al-Fitr, qui devrait avoir lieu au Maroc le samedi 22 avril prochain.

Les Marocains libres de choisir le prénom de leurs enfants, sous certaines conditions

Les officiers marocains de l’état civil sont à présent dans l’obligation d’accepter temporairement les prénoms déclarés, y compris ceux en contradiction avec la loi, contrairement aux pratiques antérieures, selon un décret qui vient d’être publié.

Maroc : ces régions oubliées de l’internet

Lors d’un débat organisé par le Parti Authenticité et Modernité (PAM), Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’administration, a révélé la part du territoire marocain sans couverture internet.