Fnideq : une bombe sociale à retardement ?

3 avril 2024 - 09h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

Le Parti du progrès et du socialisme (PPS), l’Union socialiste des forces populaires (USFP), et le Parti socialiste unifié (PSU) ont dénoncé la situation économique délétère à Fnideq, ville frontalière avec Sebta, appelant les autorités locales à mettre en œuvre des projets de développement ambitieux pour relancer l’économie locale.

Depuis la fermeture en octobre 2019 du passage frontalier Bab Sebta, laquelle a mis fin à l’activité de contrebande qui nourrissait de nombreuses familles à Fnideq, ajoutée à la fermeture de la frontière pour raison de crise sanitaire du Covid-19 en mars 2020, la ville est plongée dans une crise économique sans précédent. Face à ce « climat de paralysie économique » aux conséquences dramatiques pour la paix sociale, les trois partis ont tenu à « tirer la sonnette d’alarme ».

Dans un communiqué conjoint, ils dénoncent « l’inefficacité de la plupart des projets et alternatives de développement réalisés récemment sur le territoire de la commune de Fnideq, lesquels ne répondent pas aux aspirations de la population locale ». Les trois formations politiques ont appelé « tous les acteurs, autorités publiques, institutions élues, et autres parties prenantes à adopter une approche de développement globale dans la région, qui mettrait fin à l’atmosphère de mécontentement, de colère et de tension sociale ».

À lire : Concurrente de Sebta, Fnideq a déjà attiré une soixantaine d’entreprises

En février 2021, les habitants de la région avaient organisé plusieurs manifestations pour exprimer leur ras-le-bol face à l’inaction des autorités pour les sortir du marasme économique. Ces mouvements d’humeur ont amené les dirigeants à mettre en œuvre des projets de développement générant des milliers d’emplois.

La morosité économique de la région de Fnideq est la cause principale de l’immigration massive de jeunes résidents de la ville vers Sebta. En juin 2021, des centaines de jeunes originaires de la ville frontalière ont réussi à entrer en masse dans la ville autonome, créant une crise migratoire inédite. De nombreux jeunes Marocains perdent la vie en mer en tentant de rejoindre Sebta. Les trois partis ont critiqué « l’accent mis sur la coopération policière étroite qui ne fait qu’aggraver la situation ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Crise économique - Fnideq - Ceuta (Sebta) - Immigration clandestine - Jeunesse - Emploi - Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) - Parti Socialiste Unifié (PSU) - Union Socialiste des Forces Populaires (USFP)

Aller plus loin

Quand l’ANAPEC « brise le rêve » des jeunes de Fnideq

Des dizaines de demandeurs d’emploi ont manifesté mardi devant le siège de l’Agence nationale pour la promotion de l’emploi et des compétences (ANAPEC) qui a jeté à la poubelle...

Concurrente de Sebta, Fnideq a déjà attiré une soixantaine d’entreprises

Depuis la mise en place de la zone d’activités économiques (ZAE), environ 60 commerçants s’y sont installés, bénéficiant de plusieurs avantages comme la facilitation des...

Sebta, sans visa pour les Marocains du Nord ?

Le Maroc serait en négociation avec l’Espagne pour qu’elle réactive l’accord d’exemption de visas Schengen aux Marocains résidant dans les villes du nord du royaume afin de leur...

Fnideq : la société civile demande un plan de relance économique

La société civile de Fnideq appelle à la mise en place d’un « plan de relance économique urgent pour sauver la ville ». Ce plan doit prendre en compte la réouverture des...

Ces articles devraient vous intéresser :

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

L’immobilier marocain en berne, les acheteurs attendent l’aide du gouvernement

Le marché de l’immobilier au Maroc a connu une tendance à la baisse ces derniers mois, en raison de la sévérité des conditions d’octroi de crédit. Selon le dernier tableau de bord des crédits et dépôts bancaires de Bank Al-Maghrib, cette tendance se...

En réponse au Qatargate, le Maroc ne respecte plus les accords de renvoi des déboutés d’asile

Depuis l’éclatement du scandale de corruption connu sous le nom de « Qatargate », les difficultés pour renvoyer les Marocains déboutés de leur demande d’asile vers leur pays d’origine se sont accrues.

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.

Le racket des gardiens de voitures au Maroc dénoncé

Le groupe parlementaire du Parti du progrès et du socialisme (PPS) exprime son inquiétude face à ce qu’il qualifie de “harcèlement” et “racket” dont sont victimes les automobilistes par les auto-proclamés gardiens de voitures.

Les Marocains partiront à la retraite plus tard

Le Maroc s’est engagé dans la voie de réforme de son système de retraite visant à rétablir l’équilibre financier des régimes. Et l’une des principales dispositions du nouveau texte est le relèvement de l’âge de départ à la retraite à 65 ans. La...

La police marocaine recrute

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a annoncé un grand concours de recrutement de plusieurs grades au sein du corps de la police. Le concours aura lieu le 16 juillet à Rabat et dans d’autres villes si nécessaire. Au total, 6 607...

Maroc : la chute des ventes de voitures neuves continue

Les ventes de voitures neuves au Maroc sont toujours dans le rouge. À fin septembre, 120 905 unités ont été vendues, soit une baisse de 8,15 %, comparativement à la même période de l’année dernière.

Interdire ou réguler TikTok ? Le Maroc cherche la solution

Menacé d’interdiction aux États-Unis et en Europe, TikTok est de plus en plus décrié dans le monde. Au Maroc, des voix continuent d’appeler à l’interdiction de l’application chinoise. Mais plutôt que de l’interdire, des experts appellent à encadrer son...

Une lettre particulière d’Amine et de Yasmine à Emmanuel Macron

Dans une correspondance, Amine et Yasmine, deux enfants de huit ans expriment des inquiétudes quant à l’avenir de Casino Saint-Étienne où travaillent leurs parents et demandent au président de la République française Emmanuel Macron de sauver le groupe.