Le tribunal de Ceuta n’a pas pu empêcher le rapatriement des Marocains

16 août 2021 - 19h40 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le tribunal de Ceuta n’a pas réagi favorablement à la demande de suspension du rapatriement de sept mineurs migrants marocains. Le juge n’a pas eu le temps de statuer sur le dossier parce que le retour des mineurs a été effectué de façon anticipée.

Le juge du tribunal d’instruction de Ceuta a expliqué que la Cour n’a pas pris une décision favorable parce qu’elle a été informée que « la remise des mineurs a été effectuée à 10 heures de l’autre côté de la frontière », seulement cinq minutes après (9 h 55) le dépôt de la requête par l’Association coordinatrice de Barrios. Le procureur général qui a ouvert une enquête sur ces retours de mineurs marocains, a aussi plaidé pour la suspension provisoire des retours de ces mineurs « jusqu’à ce que la procédure soit revue et les démarches administratives engagées individuellement pour procéder au rapatriement », indiquent des sources judiciaires à Confilegal.

À lire : Mineurs marocains : l’ONU dénonce une violation du droit international

Le juge, qui n’a pas statué sur le fond pour déterminer si le ministère de l’Intérieur a respecté toutes les exigences légales pour le retour des mineurs au Maroc, a motivé sa décision en indiquant qu’« en l’espèce, les mineurs étaient sous la tutelle de la ville autonome de Ceuta et ont été rapatriés sur la base des dispositions de l’accord signé en 2007 entre l’Espagne et le Maroc ». La requête demandait « de suspendre toute action matérielle visant à rapatrier les mineurs au Maroc, d’ordonner leur libération immédiate et leur retour sous la protection de la ville autonome de Ceuta ».

Le ministère de l’Intérieur espagnol a lancé vendredi le rapatriement des quelque 800 mineurs arrivés en masse à Ceuta en mai, par vagues de quinze par jour sur une période de quinze jours, suivant l’accord conclu avec le Maroc. Le Médiateur et plusieurs organisations dont l’ONU et l’UNICEF dénoncent le caractère « illégal » de l’opération et demandent sa suspension.

Sujets associés : Espagne - Droits et Justice - Ceuta (Sebta) - Enfant - Rapatriement

Aller plus loin

Les parents de Monim, rapatrié, regrettent son retour au Maroc

Monim Almaymoni fait partie de la première vague de mineurs du centre sportif de Santa Amelia rapatriés au Maroc. Ses parents, qui l’ont poussé à partir, regrettent son retour....

Mineurs : l’Espagne refile la patate chaude au Maroc

Le deuxième vice-président de Ceuta, Carlos Rontomé, donnant des détails sur l’opération de rapatriement au Maroc des mineurs arrivés en mai dans la ville autonome, a déclaré...

Mineurs marocains : l’ONU dénonce une violation du droit international

L’ONU a dénoncé dimanche le rapatriement au Maroc des mineurs marocains lancé vendredi par le ministère de l’Intérieur espagnol, soulignant que ces retours « violent le droit...

Ceuta : des ONG dénoncent les retours de mineurs sans assistance juridique

Plusieurs organisations de défense des droits des enfants comme No Name Kitchen, Maakum Ceuta, ELIN, Fondation Racines et Andalucía Acoge sont contre le rapatriement au Maroc,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Les Marocains de plus en plus obèses

Près de la moitié de la population marocaine (46 %) sera obèse d’ici 2035, selon les prévisions de la World Obesity Forum.

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Hiba Abouk, séparée d’Achraf Hakimi, trouve du réconfort auprès de ses enfants

Affectée par sa séparation avec Achraf Hakimi et la polémique liée à leur divorce, Hiba Abouk continue de garder le moral haut et le sourire grâce à ses enfants Amin (3 ans) et Naïm (1 an).

Maroc : l’État «  adopte  » les enfants devenus orphelins après le séisme

Le Maroc va procéder au recensement de tous les enfants devenus orphelins après le séisme du 8 septembre et leur accorder le statut de « pupille de la nation ».

Samira Saïd : la retraite ?

La chanteuse marocaine Samira Saïd, dans une récente déclaration, a fait des confidences sur sa vie privée et professionnelle, révélant ne pas avoir peur de vieillir et avoir pensé à prendre sa retraite.

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.