Espagne : trois Marocains pro Daech risquent 6 ans de prison

13 septembre 2021 - 22h00 - Espagne - Ecrit par : P. A

Le procès des trois Marocains accusés d’endoctrinement sur les réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter et YouTube et d’incitation des personnes à rejoindre l’État islamique et à mener des actes terroristes à distance, s’est ouvert ce lundi en Espagne. Ils risquent chacun six ans de prison.

Le parquet a requis six ans de prison et une amende de 6 euros par jour sur une période de 20 mois pour Ali C. et El Houssain B., accusés respectivement de délit de recrutement et d’endoctrinement terroriste. A titre subsidiaire, le procureur demande au juge de les condamner à trois ans de prison et de leur interdire l’exercice de leur profession pour neuf ans pour exaltation du terrorisme, fait savoir El Confidencial Digital.

À lire : Espagne : un Marocain interpellé pour apologie du terrorisme

Quant au troisième Marocain, Othmane C., le parquet a requis 6 ans de prison et une amende de 6 euros par jour sur une période de 18 mois pour délit de recrutement et d’endoctrinement terroriste ou, à défaut, trois ans de prison avec interdiction d’exercer sa profession pendant neuf ans pour exaltation du terrorisme. L’examen du téléphone d’Othmane par le juge d’instruction a révélé qu’il était dans un processus avancé de radicalisation et était prêt à mener des actions terroristes.

Les trois Marocains ont publié plusieurs images liées à l’État islamique sur les réseaux sociaux, ainsi qu’une vidéo dans laquelle on voit un enfant exécuter un prisonnier, muni de son gilet orange, avec un pistolet.

À lire : Un Marocain arrêté pour terrorisme en Espagne

Othmane et Ali, tous deux originaires de la ville de Tanger, se sont rencontrés en 2009 alors qu’ils résidaient au Centre pour enfants Urretxu, à Guipúzcoa. Ils ont réussi leur intégration dans cette ville et participaient même à des activités socio communautaires. Ils étaient aussi membres d’une équipe de football. Quant à Houssain, il habitait aussi dans le même quartier et était en contact avec Ali. Les trois ont renforcé leur amitié sur Facebook en partageant mutuellement leurs publications.

Pour le parquet, les trois accusés, en agissant de la sorte, ont suscité l’envie en de nombreux jeunes de rejoindre l’État islamique, de se rendre en Syrie ou en Irak ou de commettre des attentats en Europe. Leur procès s’est ouvert ce lundi et se poursuivra mardi avant de reprendre le vendredi 17 septembre prochain.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Terrorisme - Droits et Justice - Facebook - Twitter (X) - Youtube - Etat islamique - Daech

Aller plus loin

Maroc : deux individus qui préparaient des attentats arrêtés

Deux individus soupçonnés d’être en lien avec le groupe terroriste Daech ont été interpellés par le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ) dans la région de Rehamna,...

Un Marocain arrêté pour terrorisme en Espagne

La Garde civile espagnole a arrêté un ressortissant marocain à Altea (Alicante). Il serait impliqué dans le recrutement pour le compte de "l’Organisation terroriste de Daech ".

Lutte contre le terrorisme : le BCIJ interpelle deux individus pro Daech

Le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ) ne baisse pas la garde dans la lutte contre le terrorisme. Mardi, il a interpellé deux présumés terroristes affiliés à...

Espagne : un Marocain interpellé pour apologie du terrorisme

Un Marocain a été interpellé à Barcelone par la police. Il aurait salué sur les réseaux sociaux l’assassinat de Samuel Paty le 16 octobre dernier.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Le Maroc, bon élève en matière de lutte antiterroriste

Le Maroc affiche l’un des niveaux de sécurité antiterroriste les plus élevés au monde. Avec un score de 0,757, le royaume est classé 83ᵉ dans la catégorie des pays les plus épargnés des actes terroristes, selon l’édition 2023 de l’Indice mondial du...

Publicité : Twitter va partager ses revenus avec ses utilisateurs au Maroc

Twitter a décidé de partager ses revenus publicitaires avec ses créateurs de contenus au Maroc, en Jordanie, en Israël, aux Émirats arabes unis, afin de rendre plus attractif le réseau social au moment où, il est fortement concurrencé par Threads.

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

La Youtubeuse marocaine "Mi Naima" au cœur d’un nouveau scandale

“Mi Naïma” fait à nouveau parler d’elle. La Youtubeuse marocaine, connue pour ses controverses, a récemment publié une vidéo dans laquelle on la voit lire certains versets du Coran de manière désinvolte. La vidéo a suscité la colère des internautes.

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.

Manal Benchlikha sous le feu des critiques

La chanteuse marocaine Manal Benchlikha est critiquée pour ses propos envers ses collègues qu’elle accuse de l’imiter dans l’espoir d’obtenir le succès que rencontrent ses dernières œuvres musicales, publiées sur YouTube.

Blanchiment d’argent : Le Maroc serre la vis et ça paye

La lutte contre les activités de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme connaît des progrès significatifs au Maroc. En témoigne le nombre de déclarations de soupçon reçues par l’Autorité nationale du renseignement financier (ANRF) en...