Un Marocain expulsé d’Espagne

5 mars 2022 - 16h20 - Espagne - Ecrit par : P. A

Un Marocain de 25 ans vient de perdre son procès en appel contre la décision de son expulsion du territoire espagnol pour menace à la sécurité nationale, prononcée en 2018 par les autorités espagnoles.

La Chambre administrative de l’Audience nationale a rejeté l’appel interjeté par le Marocain, détenteur d’un diplôme de baccalauréat en sciences et technologies en Espagne et inscrit dans une université en 2016. Né à Al Hoceima au Maroc en 1997, le jeune homme résidait en Espagne depuis des années et, selon le registre central des étrangers, avait un permis de séjour temporaire qui a expiré en avril 2004, avant d’obtenir un permis de séjour de longue durée en mars 2011 et de s’installer dans une municipalité espagnole avec sa mère et son frère en 2012, fait savoir El Confidencial Digital.

À lire : Espagne : un présumé terroriste expulsé au Maroc

Selon les services antiterroristes, le jeune homme et son frère « ont subi un profond processus d’auto-endoctrinement et de radicalisation ». Ils ont célébré les attentats de Paris de 2015 revendiqués par Daech et ont même exprimé le souhait que « quelque chose de similaire se produise en Espagne ». Sur son profil WhatsApp, le jeune homme a mentionné qu’il « n’aime pas beaucoup les Juifs », ce qui avait poussé la police à le considérer comme un extrémiste religieux.

Mais le Marocain souffrait en réalité d’un grave déséquilibre psychologique qui le rendait soudainement violent et agressif et lui suscitait des envies de suicide. Pour ces raisons, les autorités ont estimé qu’il constituait une « menace pour la sécurité publique espagnole ». Un djihadiste avec des idées de suicide peut rapidement perpétrer une attaque terroriste, avait alerté la police qui a demandé au Secrétaire d’État à la sécurité d’engager une procédure administrative d’expulsion du territoire national.

À lire : Un Marocain pro-Daech expulsé d’Espagne

Se basant sur l’article 54.1.a) de la loi organique 4/2000 du 11 janvier sur les droits et libertés des étrangers en Espagne et leur intégration sociale, qui interdit à ces derniers « de participer à des activités contraires à la sécurité nationale ou susceptibles de nuire aux relations de l’Espagne avec d’autres pays… », l’autorité a décidé, le 16 novembre 2018, d’expulser le Marocain avec « l’interdiction d’entrer en Espagne pendant une période de dix ans ».

Une décision contestée par le Marocain qui a dénoncé « un manque de preuves valables en droit permettant de prouver » sa culpabilité. « La sanction d’expulsion et l’interdiction d’entrée pour la durée maximale applicable sont suffisamment motivées et respectent le principe de proportionnalité, sans que le concours d’aucune infraction normative ne soit apprécié », a tranché le juge administratif en appel.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Terrorisme - Droits et Justice - Expulsion - Etat islamique - Daech

Aller plus loin

Un Marocain pro-Daech expulsé d’Espagne

Un Marocain, arrêté par la police nationale en 2017 alors qu’il tentait de commettre un attentat terroriste à Madrid à Noël, a été condamné à deux ans et demi de prison. Mais il...

L’Espagne expulse un Marocain pour avoir violé et séquestré une femme

L’Audience nationale a confirmé la décision du tribunal de Gérone qui a condamné en 2021 un Marocain à une peine de huit ans de prison pour avoir violé et séquestré une jeune...

L’Espagne expulse deux Marocains

L’Espagne a expulsé au Maroc deux Marocains dont un imam, âgés de 68 et 32 ans, en raison de leur implication présumée dans des affaires d’extrémisme religieux et d’apologie du...

Abdel, tétraplégique, menacé d’expulsion vers le Maroc

Arrivé en France en 2019 avec un visa touristique pour se faire soigner, Abdel, tétraplégique, est sous le coup d’une Obligation de quitter le territoire français (OQTF). Sa...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Un agriculteur espagnol attaque la famille royale marocaine

Le Tribunal de l’Union européenne a entendu mardi les arguments de l’entreprise Eurosemillas, spécialisée dans la production de semences sélectionnées, qui demande l’annulation de la protection communautaire des obtentions végétales pour la variété...

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...