Recherche

Actualités : Darija

Voici une sélection d'articles en rapport avec le thème : Darija
29 mars 2008

Rap non grata sur les ondes marocaines

Il est énervé, Mobydick. Un peu comme la baleine dont il porte le nom : “Toc Toc, chouf chkoun veut enterrer le rap marocain, le rendre plus underground qu'il ne l'est déjà”, s'insurge en rimes le rappeur rbati, attablé dans un café avec les Slaouis Essofy et Z-One. Les trois rappeurs sont réunis, avec une vingtaine de leurs “confrères” (dont le “faux retraité” tangérois Muslim), dans un projet explosif aux relents insurrectionnels : Mamnou3 f'radio. Une compil' 100% contestataire, originellement cogitée par Youssef Amerniss, créateur et webmaster du portail Internet Raptiviste.net, avec l'équipe du défunt hebdomadaire L'Espoir citoyen.
27 mars 2008

Hoba Hoba Spirit, le rock qui veut bousculer le Maroc

Nyon, juillet 2007. La "hayha music" enflamme le dôme du Paléo Festival. Le défi est de toute beauté : faire danser harmonieusement une mosaïque bariolée de punks-à-chiens, métalleux-urbains, émigrés nostalgiques et autres wannabees guévaristes en manque de folklore.
6 mars 2008

O-Sky, un lyriciste innovateur

Il est Casablancais. Il est rappeur. Il s'appelle O-Sky. Ecoutez ses chansons avec application, elles contiennent un message. Avec son groupe, c'est le rap culturel. Il est un rappeur qui articule quand il chante et qui ne casse pas du flic dans ses chansons. Ses textes sont ciselés comme le ferait un orfèvre avec ses plus beaux bijoux.
3 mars 2008

Hoba Hoba, dix sur dix !

Le quatrième album de la bande casablancaise est son meilleur. Comme le troisième. Comme le deuxième. Chronique. Amis rockers, pas d'inquiétude. Réda Allali et ses boys n'ont pas trahi. Le quatrième bébé (famille nombreuse, veinards !) s'appelle El Gouddam, et ce n'est pas parce que c'est joli. Hoba va El Gouddam, toujours de l'avant, le groupe s'enfonce sur le chemin du rock. D'autres s'embourgeoisent, enfilent des pantoufles, atterrissent dans la variété. Hoba fait comme Hoba : du rock 100% marocain, mélange de tous les mélanges, chaâbi, allaoui, punk, un peu gnaoui, un peu big rock, parfois raï, cocktail de violon, de riffs et de grosse caisse. Ça glisse et ça roule, comme sur une autoroute sans péage. Cela fait rock !
20 décembre 2007

La libéralisation des ondes réconcilie le Marocain avec la radio

Les radios privées marocaines, qui viennent de souffler leur première bougie, ont redonné une nouvelle jeunesse à ce média longtemps sclérosé, mais elles paient parfois cher leur liberté de ton. "L'ouverture des ondes a permis de libérer la parole et aujourd'hui les auditeurs peuvent choisir les sujets et la langue qu'ils désirent", assure Younès Boumehdi, directeur de Hit Radio, une station musicale très en vogue chez les moins de 30 ans avec 600.000 auditeurs quotidiens.
7 novembre 2007

Le hip hop made in Morocco vu par deux Américains

Projeté pour la première fois au Maroc lors du festival Casa Ciné, "I love hip hop in Morocco" brosse le portrait de jeunes artistes hip hop qui tentent d'organiser leur festival. A travers ce documentaire, Joshua Asen et Jennifer Needleman ont tenté de montrer ce qui fait l'originalité de la mouvance marocaine par rapport à sa soeur aînée américaine.
31 octobre 2007

La Darija dans tous ses états

Jetant aux orties l'arabe classique ou le français littéraire, la nouvelle vague musicale marocaine préfère le dialecte national, la darija, émaillée d'expressions empruntées à une multitude d'idiomes. "Nous sommes une société d'hypocrites. Pourquoi les mots vulgaires ne nous choquent qu'en darija et pas dans une autre langue ?", lance Bigg, rappeur star de la scène marocaine. Ainsi, Ahmed Benchemsi, directeur de l'hebdomadaire Nichane, est poursuivi par la justice pour avoir critiqué un discours du roi dans un éditorial rédigé en dialecte, idiome jugé vulgaire par les autorités.
10 octobre 2007

Film Industry : la "nouvelle vague" marocaine se fait les dents

Pendant deux ans, les touristes d'Agadir ont vu défiler les réalisateurs, les comédiens, les techniciens et les danseurs. Ils n'étaient pas là pour participer au tournage du dernier Ridley Scott, mais à une petite révolution cinématographique nommée "Film Industry". Un projet mené tambour battant par le cinéaste marocain Nabil Ayouch, 38 ans, auteur du très beau conte urbain "Ali Zaoua, prince de la rue", et dont le prochain long-métrage, "Whatever Lola Wants", sort début 2008.
30 septembre 2007

Entretien avec Fnaïre, symbole du rap traditionnel au Maroc

Composé de trois jeunes rapeurs, le groupe Fnaïre symbolise une nouvelle vague d'artistes marocains en rupture avec le style ancien. Dans cet entretien exclusif accordé à Magharebia, Mohcine explique le contexte dans lequel son groupe s'est développé.
8 septembre 2007

Le royaume a sa movida

Le royaume a sa movida, la nayda. En quelques années, cette « renaissance » a débordé des milieux culturels de Casablanca pour être adoptée par de nombreux jeunes.
8 septembre 2007

Plumes en liberté conditionnelle

Le Maroc est décidément le royaume des paradoxes. C'est en même temps le pays arabe où la liberté d'expression est indéniablement la plus avancée… et celui où on entend le plus souvent parler de censure et de procès ubuesques intentés à des journalistes.
17 mai 2007

Bigg, la grande gueule du Rap marocain

On l'appelle « El Khasser », parce que ses chansons contiennent des mots vulgaires et crus. A 23 ans, Bigg, de son vrai nom Hazeb Taoufik, est l'un des jeunes rappeurs marocains les plus appréciés sur la scène musicale marocaine. Et s'il s'est choisi comme pseudo Bigg, c'est qu'il voit grand, dit-il.

Bladi.net

Bladi.net - 2021 - A Propos - Contact