Recherche

Actualités : Liberté d’expression

Voici une sélection d'articles en rapport avec le thème : Liberté d’expression
7 juin 2008

44 blessés lors d’une intervention policière dans le sud

Une violente échauffourée, qui a opposé samedi les forces de l'ordre et de jeunes chômeurs qui bloquaient l'entrée du port de Sidi Ifni, a fait 44 blessés dont 27 parmi les forces de l'ordre, a appris l'AFP auprès des autorités locales.
1er juin 2008

La révolte des étudiants violemment réprimée

Barricades contre bombes lacrymogènes, jets de pierres contre boucliers, cocktails molotovs contre balles en caoutchouc. Depuis plus d'un mois, l'Université Cadi-Ayyad de Marrakech (UCAM) connaît des troubles particulièrement violents. A plusieurs reprises, des étudiants y ont affronté les forces de l'ordre et, des deux côtés, les blessés sont nombreux. Les lieux, eux, portent encore les stigmates des combats : vitres brisées, bureaux détériorés, équipements brûlés. Le président de l'UCAM, Mohammed Marzak, résume en trois mots la situation : "tout a été détruit".
1er juin 2008

Droits humains, le Maroc peut mieux faire

Amnesty international a publié cette semaine son rapport annuel sur la situation des droits de l’homme dans le monde, et le relevé de notes de l’élève Maroc n’est pas brillant.
31 mai 2008

Six mois à un an de prison pour huits étudiants à Errachidia

Le tribunal de première instance d'Errachidia a condamné, jeudi, huit étudiants, poursuivis pour "rassemblement non-autorisé sur la voie publique", à des peines allant de six mois à un an de prison avec sursis.
26 mai 2008

Liberté d’expression, aucun tabou mais des lignes rouges

« Il n’y a aucun sujet dont on n’a pas le droit de parler au Maroc ». La phrase de Khalid Naciri, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, n’est pas sans rappeler celle de son prédécesseur, Nabil Benabdellah (« il n’y a aucun sujet tabou ») alors invité du Club L’Economiste. Naciri intervenait, samedi 24 mai, à l’école des Hautes études en management (HEM).
23 mai 2008

Un photographe de Reuters brutalisé lors d’une manifestation à Rabat

Reporters sans frontières condamne l'agression dont a été victime, le 21 mai 2008, Rafael Marchante, photographe de l'agence de presse britannique Reuters, alors qu'il couvrait une manifestation de diplômés-chômeurs à Rabat.
1er mai 2008

Mustapha Hormatallah entame une grève de la faim

C'est plus clair que jamais. La liberté d'expression au Maroc laisse trop de points de suspension. Dès qu'une affaire s'achève, une autre reprend. Toujours sous les verrous, Mustapha Hormatallah, journaliste à l'hebdomadaire Al-Watan Al-An, entame une grève de la faim du 2 au 4 mai courant pour protester contre son emprisonnement jugé d'« injuste ».
28 avril 2008

Nouvelle plainte contre Al Massae

Le bâtonnier Ziane qui défend les 4 magistrats de Ksar El Kebir dans l'affaire les opposant au journal « Al Massae » est hors de lui. Après que le quotidien de Nini ait publié un article l'accusant de s'être accaparé une partie du terrain défendu par lui dans une des affaires qu'il a plaidées et d'être pour cela poursuivi par la justice, le bâtonnier qui ne décolère plus a décidé d'attaquer Al Massae en justice.
14 avril 2008

Presse vs justice, jusqu’où ira le bras de fer ?

Jusqu'où ira l'affaire Al Massae ? Condamné, en première instance, à payer 120.000 DH d'amende, auxquels il faut ajouter 6 millions de DH de dommages et intérêts au profit de quatre substituts du procureur de la ville de Ksar El Kébir, Rachid Niny, directeur de publication du quotidien arabophone le plus lu du pays, attend de connaître son sort en appel.
11 avril 2008

Robert Ménard parle de la liberté de presse au Maroc

Le secrétaire général de Reporters Sans Frontières, qui s'apprête à effectuer une nouvelle tournée au Maroc, revient sur la condamnation d'Al Massae, l'affaire Mourtada, etc. En toute franchise.
9 avril 2008

Emprisonné sous trois Rois, le plus vieux détenu du Maroc retrouve la liberté

Le plus vieux détenu politique du Maroc, qui a goûté au cachot sous les trois souverains chérifiens, savoure à 73 ans au pied des montagnes du Moyen-Atlas à Béni Mellal, la liberté qu'il vient de recouvrer le 4 avril à la faveur d'une grâce royale. "Je ne mérite pas la grâce royale car je n'ai commis aucun délit. Une grâce royale après huit mois de détention, c'est une humiliation. Les autorités ont dû classer mon dossier sous la pression internationale", affirme Mohamed Bougrine, ce militant de gauche de 73 ans.
3 avril 2008

Condamné à une lourde amende, Al Massae craint pour son avenir

Les responsables du quotidien marocain Al Massae condamné récemment à une lourde amende pour diffamation envers des magistrats, ont affiché lundi leur détermination à sauver leur journal.

Bladi.net

Bladi.net - 2021 - A Propos - Contact